•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt une garderie francophone à Saint-Lazare grâce à un groupe de parents

Près de 15 000 enfants figurent sur la liste d'attente pour une place en garderie au Manitoba.

Selon Haley Blouin, membre du comité de parents pour la garderie de Saint-Lazare, il y a un réel besoin pour des services de garde en français dans la région (archives).

Photo : Radio-Canada

Alexia Bille

Un an après avoir lancé le projet, un groupe de parents de Saint-Lazare, village du Manitoba peuplé majoritairement de francophones, obtient un local dans l’école française pour ouvrir une garderie, probablement en septembre 2021 .

Le village situé dans l'ouest de la province, à la frontière avec la Saskatchewan, n’avait jusqu’alors aucun service de garde en français.

Beaucoup de jeunes familles francophones déménagent ici, mais les parents doivent faire garder leurs enfants dans des communautés voisines comme McAuley, Birtle ou encore Rocanville en Saskatchewan , expliqueHaley Blouin, membre du comité de parents pour la garderie de Saint-Lazare.

Les parents à l’origine du projet ont obtenu le soutien de la Fédération des parents de la francophonie manitobaine (FPFM), de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) et du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM).

La directrice générale de la FPFM, Brigitte L’Heureux, explique que la garderie devrait initialement permettre de recevoir 4 bébés et 16 enfants de moins de 5 ans. Si le besoin se fait sentir, un service de garde pourrait être ouvert pour les enfants de 6 à 12 ans en dehors des heures de classe.

Selon le directeur adjoint de la DSFM, René Déquier, les services en français auprès des enfants sont essentiels.

Une grande partie de l’apprentissage a lieu entre 0 et 5 ans, rappelle-t-il. C’est pour ça que c’est important d’être dans un environnement riche et stimulant. Brigitte L’Heureux ajoute que le projet est important, car le développement langagier se fait dans la petite enfance.

La FPFM est à la recherche d’une personne pour diriger ce centre de la petite enfance. Un recrutement qui peut s'avérer compliqué, selon Brigitte L’Heureux.

C’est difficile de recruter du personnel formé dans ce domaine, explique-t-elle. Mais c’est encore plus compliqué quand on cherche un candidat francophone en dehors de Winnipeg.

Il y a de moins en moins d’écoles de la DSFM qui n’ont pas de services de garde, dit René Déquier.

Haley Blouin est impatiente de voir la garderie ouvrir dans quelques mois, selon les prévisions du groupe de parents. Cette garderie, dit-elle, c’était un vrai besoin!

Avec les informations d'Abdoulaye Cissoko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !