•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook s'engage dans la lutte contre la désinformation climatique

Une loupe devant un logo Facebook

Le réseau social Facebook s'attaque à la désinformation sur les changements climatiques en ouvrant un centre d'information sur la question.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Agence France-Presse

Le réseau social Facebook a annoncé jeudi le lancement d'un outil pour déboulonner des contre-vérités sur les changements climatiques, franchissant un pas de plus dans sa politique de lutte active contre la désinformation.

Le nouvel outil est intégré au Centre d'information sur le climat, une page lancée en septembre dernier par le groupe californien et qui regroupe des faits et des données sur le climat provenant d'organisations reconnues.

Cette section liste une série de faits liés aux changements climatiques. On y trouve notamment une explication du rapport entre réchauffement climatique et diminution du nombre d'ours polaires ainsi qu'une description de la baisse du coût des énergies renouvelables.

Le groupe Facebook indique s'être appuyé sur des spécialistes de l'Université George Mason, de l'Université de Cambridge et du programme de communication sur le changement climatique de l'Université Yale.

Une réponse aux critiques

Cet effort fait partie d'une série de mesures annoncées ces derniers mois par le géant des réseaux sociaux pour lutter contre les contenus mensongers diffusés sur sa plateforme.

Longtemps accusé de laxisme et refusant de s'ériger en arbitre de la vérité, Facebook a progressivement changé sa position. Le groupe a ainsi mis en place l'an dernier un centre d'information sur la COVID-19 ainsi qu'un centre d'information sur les élections américaines de novembre 2020.

Il a également retiré de nombreuses publications trompeuses, notamment celles qui contestaient le résultat de la présidentielle américaine, et suspendu les comptes d’internautes qui propageaient de la désinformation, dont celui de l'ancien président américain Donald Trump.

Une capture d'écran de la page Facebook de Donald Trump.

Facebook a été critiquée pour ne pas en avoir fait assez pour lutter contre les campagnes de désinformation lors d'élections.

Photo : Capture d'écran – Facebook

Le réseau social a également annoncé jeudi qu'il allait commencer à ajouter des mentions sous certains contenus au Royaume-Uni afin de rediriger les utilisateurs et utilisatrices vers son Centre d'information sur le climat.

Actuellement offerte en Allemagne, aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni, cette plateforme sera également accessible en Afrique du Sud, en Belgique, au Brésil, au Canada, en Espagne, en Inde, en Indonésie, en Irlande, au Mexique, au Nigeria, aux Pays-Bas et à Taïwan.

Cette annonce survient au lendemain de l'adoption, en Australie, de mesures restrictives par Facebook, qui bloque les contenus journalistiques dans ce pays afin de montrer son désaccord sur la volonté de l'État de taxer les géants du web. Des spécialistes s'inquiètent des conséquences de cette action sur la prolifération de fausses nouvelles et de théories du complot sur le réseau social.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !