•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fort à l’image de celui de La guerre des tuques

Un fort.

Mado Grandmont a montré les différentes étapes de la construction sur sa page Facebook.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Mado Grandmont, de Kapuskasing, a trouvé une manière bien à elle de faire sortir ses jeunes. La mère de quatre enfants a mis plus de 50 heures à bâtir une réplique de la forteresse de la comédie dramatique réalisée par André Melançon.

Les quatre enfants du clan Grandmont-Ouimette partagent un amour fou pour la nouvelle version animée du film, parue en 2015.

Il n’en fallait pas plus pour que la mère, une artiste, construise une réplique du fort. Tout est identique, jusqu'aux drapeaux qui ornent la construction. On y retrouve aussi une impressionnante tour dotée d’une glissade. Et une échelle, comme dans le film, mène à la passerelle d’observation.

La passion pour la neige chez la maman est venue des suites du confinement.

Les activités qu’on peut faire avec les enfants sont limitées dans la cour. Je trouvais triste de les voir faire de la télévision et de l’électronique, raconte la mère, qui a décidé de sortir pour jouer.

Sa cour est rapidement devenue son terrain de jeu, terreau fertile pour son imagination.

Un fort.

Camo, le chien du voisin, s'est invité dans le fort comme Cléo, le Saint-Bernard, dans le film.

Photo : Radio-Canada / Jimmy CHabot

Je me sentais relax, en paix et excitée. Plus le fort grossissait, plus je voyais l’excitation dans les yeux de mes petits. Les enfants aiment me voir faire et m’ont donné un coup de main.

Une citation de :Mado Grandmont

Le clan Ouimette-Grandmont compte 4 enfants de 10, 8, 7 et 5 ans. Ils apprennent aussi des leçons de vie.

J’avais fait le fort une première fois, trois jours plus tard, il a commencé à tomber par en avant, raconte Mado Grandmont.

Afin d’avoir une forteresse, elle a appris une leçon de chimie et de recyclage à ses enfants : l'eau du bain mélangée à la neige donne une slush qui permet de solidifier le fort.

L’eau, on la gaspillait pareil et elle n’était pas sale, raconte la mère

L’eau qui servait à laver les enfants s’est donc transformée en un fort. Je faisais ça quand ils dormaient, chaque fois qu’ils se réveillaient, on pouvait voir dans leurs yeux ébahis le fort prendre vie un bain à la fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !