•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quarantaine de cas pourraient être liés à un variant en Abitibi-Témiscamingue

Vue sur le bâtiment de l'hôpital en hiver.

L'hôpital Hôtel-Dieu à Amos

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

L'Abitibi-Témiscamingue compte 9 nouveaux cas de COVID-19 au cours des dernières 24 heures, dont 8 dans la MRC d'Abitibi et 1 en Abitibi-Ouest.

Selon la santé publique, tous ces cas ont été en contact avec des cas déjà déclarés et la plupart étaient déjà en isolement préventif.

Une personne est toujours hospitalisée aux soins intensifs en lien avec le virus.

Des variants?

La direction régionale a également envoyé plusieurs échantillons de résultats positifs en séquençage pour déterminer s'il s'agissait de cas liés à des variants.

Bien que les résultats soient préliminaires, du criblage a révélé qu'une quarantaine de cas dans la région pourraient être liés à un variant, dont une vingtaine relativement à l'éclosion du début de janvier et une douzaine à l'éclosion qui a eu lieu à Landrienne.

Il faudra maintenant attendre quelques jours ou quelques semaines pour que des opérations de séquençage plus poussées soient réalisées.

Le criblage est rapide, ça nous donne des informations rapides pour nous indiquer "voici, vous êtes face à quelque chose de probable". Si on a des interventions à ajuster ou adapter, ça peut permettre ça, explique la Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la santé publique.

Le séquençage nous aide à confirmer. Par exemple, le séquençage va nous permettre de pouvoir dire "les souches de janvier, ce sont aussi celles qu'on trouve aujourd'hui" ou "c'est différent". Toutes ces informations-là vont venir par les résultats de séquençage, ajoute-t-elle.

Par ailleurs, selon la santé publique régionale, on ne compte pas de nouveau cas à l'école primaire de Landrienne.

Des cas dans la MRC d'Abitibi pourraient toutefois être liés à cette éclosion, et il pourrait s'agir de cas de deuxième ou troisième génération.

Au cours de la dernière semaine, la santé publique a procédé en moyenne à 300 tests de dépistage par jour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !