•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enceinte de huit mois, Rachel Homan peut-elle remporter le Tournoi des cœurs?

La capitaine d'Ottawa va tenter de réaliser l'exploit au cours des prochains jours à Calgary.

L'Ontarienne Rachel Homan lance une pierre contre la Saskatchewan en demi-finale du Tournoi des cœurs.

Rachel Homan vise un quatrième titre au Tournoi des cœurs.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Dominer son sport au plus haut niveau est déjà difficile, imaginez le faire enceinte de huit mois! La joueuse de curling d’Ottawa Rachel Homan tentera de réaliser cet exploit au Tournoi des cœurs, qui s’amorce vendredi dans un environnement protégé à Calgary. 

J’espère être en mesure de jouer à mon niveau habituel, mais je sais que ce sera un défi. C’est difficile de prédire l'avenir, mais en ce moment je me sens bien, mentionne Homan, dont la formation jouera un premier match samedi. 

La curleuse a déjà remporté trois titres nationaux. La pression, elle connaît ça. Jouer au curling enceinte, aussi. Homan l’a fait en 2019, mais elle n’a pas joué aussi tard dans sa grossesse.

Je suis enceinte de presque deux mois de plus que la dernière fois, précise la curleuse ottavienne.

Rachel Homan lors d'un tournoi de curling.

La capitaine canadienne Rachel Homan

Photo : Radio-Canada

C’est certainement plus difficile physiquement, même si j’ai connu une expérience similaire. Par contre, je n’ai jamais arrêté de jouer la dernière fois, alors que j’ai eu presque deux mois d’arrêt [en raison de la pandémie de COVID-19] dans la dernière année. Tes muscles ne sont plus les mêmes, ton physique change. Je vais voir comment ça se passe, ajoute-t-elle sans en faire de cas. 

Sa coéquipière Joanna Courtney ne s'étonne pas de voir Rachel Homan jouer enceinte. Elle l'était elle aussi en 2019.

J’ai beaucoup de respect pour Rachel comme athlète. C’est si spécial qu’elle joue enceinte de huit mois. Nous sommes reconnaissantes parce qu’on est une nouvelle équipe et on va beaucoup apprendre pendant le tournoi, souligne Joanne Courtney.

L’intensité de Rachel au curling est juste formidable, alors je ne suis pas inquiète de ce qui va arriver. Dès que Rachel arrive sur la glace, elle est 100 % engagée.

Joanne Courtney, d'équipe Homan

L'équipe devra rapidement trouver ses repères avec une nouvelle membre. Sarah Wilkes a pris la place de Lisa Weagle le printemps dernier.

La capitaine Rachel Homan (au centre) lance une pierre entre ses coéquipières Lisa Weagle (à gauche) et Joanne Courtney à l'entraînement.

Rachel Homan, en compagnie de son ancienne coéquipière Lisa Weagle (à gauche) et de Joanne Courtney

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Un entraînement compliqué 

Les joueuses de l’équipe Homan s'inquiètent un peu plus du manque de préparation en vue du plus gros tournoi canadien de l’année. Les mesures sanitaires mises en place en raison de la pandémie ont compliqué l’entraînement de tout le monde.

Les nouveaux défis sont nombreux. Il faut en quelque sorte s’isoler de ses coéquipières et porter le masque. Nous avons connu de nouvelles méthodes d’entraînement. Nous aurions aimé nous entraîner un peu plus, explique Homan, qui espère surtout que les joueuses éviteront les blessures dans les prochains jours.

Les membres de l’équipe Homan ont pu lancer quelques pierres récemment, mais c’est loin de suffire, estiment-elles. Ce n'est pas un entraînement optimal en vue du plus gros événement canadien.

La préparation est très différente! On a pas eu beaucoup accès à la glace. Nous avons eu quelques bonnes séances, mais peut-être que nos performances ne seront pas aussi hautes que les autres années. Nous savons toutefois que toutes les équipes vivent la même chose, dit Courtney.

Les deux joueuses qui discutent pendant un match.

La capitaine Rachel Homan (gauche) discute avec Emma Miskew pendant les sélections olympiques à Ottawa en 2017.

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Malgré tout, l’équipe Homan s’attend à une compétition relevée.

Je crois que ça va être étrange, c’est garanti. J’anticipe des matchs compétitifs avec des curleurs qui ont beaucoup d’expérience. On va avoir une bonne compréhension de la glace à mi-semaine et on va savoir comment faire de bons lancers. Je crois que ça va être un tournoi unique, analyse Courtney.

Équipe Ontario devra garder un œil sur la championne olympique Jennifer Jones et sur l'Équipe Canada de Kerri Einarson, deux formations du Manitoba.

On ne veut pas chercher d’excuses. Je crois que le Tournoi des coeurs sera quand même semblable à ceux des dernières années. L’expérience sera différente, sans partisans notamment, mais il faudra composer avec ces différents facteurs.

Rachel Homan, capitaine
Deux femmes se félicitent pendant que Rachel quitte la patinoire.

Rachel Homan, quitte la patinoire après la défaite de son équipe face à la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018.

Photo : Associated Press / Natacha Pisarenko

Avant même de commencer le Tournoi des cœurs, il est logique de se demander ce qui arrivera avec l'équipe Homan après l’événement. L'annulation des Championnats du monde pour une 2e année de suite tombe bien dans les circonstances, en raison de la grossesse de la capitaine.

Homan pourrait plutôt participer au Championnat canadien de curling mixte, du 18 au 25 mars.

La formation vise surtout une 2e participation aux Jeux olympiques, cette fois à Pékin, en 2022. Elle voudra venger sa 6e place obtenue à Pyeongchang en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !