•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Absolution pour une mère qui a abandonné son bébé dans une boîte à souliers

Le palais de justice de Laval, l'hiver.

La mère de famille a été jugée au palais de justice de Laval.

Photo : Radio-Canada / Vincent Champagne

Une jeune mère lavalloise qui avait abandonné son bébé naissant dans une boîte à souliers a reçu une absolution conditionnelle et une probation de trois ans mercredi au palais de justice de Laval.

Le 24 avril 2019, la femme de tout juste 18 ans avait tenté de cacher le fait qu'elle venait d'accoucher seule chez elle.

En panique, puisque sa propre mère ne savait pas qu'elle était enceinte, elle a déposé la petite fille dans une boîte et l'a laissée dehors, devant la porte de sa voisine.

Lorsque sa mère est revenue à la maison à l'heure du dîner, elle a constaté qu'il y avait du sang dans le logis. Elle a conduit l'accusée à l'hôpital, qui a tout admis aux médecins.

Pendant ce temps, la voisine a alerté la police après avoir découvert le bébé devant sa porte... Il faisait autour de 10 degrés Celsius ce jour-là, mais heureusement l'enfant a été recueilli et s'en sort indemne.

Elle a reconnu son crime

En octobre, la jeune mère a plaidé coupable à une accusation d'avoir omis de fournir le nécessaire à la vie de son bébé, ce qui a eu pour effet de mettre sa vie en danger. Après cette grave erreur de parcours, il y a près de deux ans, elle a fait des démarches pour se reprendre en main.

Mercredi, à la suggestion commune des parties, après un rapport présentiel favorable, elle a reçu une absolution conditionnelle assortie d'une probation de trois ans. Si elle respecte ses conditions, son casier judiciaire pourra donc être effacé.

Le ministère public était représenté par Me Nektarios Tzortzinas et la défense par Me Gabriel Myre.

Une ordonnance de non-publication empêche de révéler le nom de la mère pour éviter d'identifier l'enfant.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.