•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Pallister défend son projet d'obtenir ses propres vaccins contre la COVID-19

Le Manitoba paiera 18 $ par doses pour son propre vaccin.

Brien Pallister est vu de près et est en train de parler et de faire des gestes.

Brian Pallister a défendu l'intention de sa province d'obtenir ses propres vaccins.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Brian Pallister a défendu mercredi le choix de son gouvernement de conclure une entente avec un fabricant canadien de vaccins contre la COVID-19, même si ses produits ne devraient pas être approuvés cette année par Santé Canada.

Le premier ministre a néanmoins reconnu que les vaccins, mis au point par l’entreprise, établie en Alberta, Providence Therapeutics ne serviraient probablement pas à combler le manque de vaccins dû aux différents retards annoncés par les fabricants de vaccins actuellement homologués par Santé Canada.

Il espère cependant qu’ils seront prêts pour 2022, quand il y aura un besoin de rappels.

La semaine dernière, le Manitoba a aussi annoncé qu’il allait acheter 2 millions de doses d’un vaccin ARNm qui sera fabriqué au Manitoba et qui en est à l'étape des essais cliniques.

18 $ par dose de vaccin

Brian Pallister a aussi révélé que le Manitoba paierait 18 $ par dose de vaccin, pour un contrat s’élevant à 36 millions de dollars au total.

À titre de comparaison, il a assuré que les États-Unis payaient entre 24 $ et 35 $ par dose, tandis que les pays de l’Union européenne déboursaient entre 18 $ et 22 $. Il a souligné que le prix payé par le Manitoba était moins élevé que celui mentionné dans les rumeurs qu’il a entendues en ce qui concerne le prix payé par le gouvernement fédéral.

Dans le détail, le Manitoba devra verser un acompte non remboursable de 20 % du prix du contrat une fois que celui-ci sera signé, soit 7,2 millions de dollars. La province paiera ensuite 40 % supplémentaires (14,4 millions) lorsque le vaccin aura été approuvé par Santé Canada et les 40 % restants lorsque les doses seront livrées à la province.

Le premier ministre a promis de la transparence et a assuré que les termes du contrat seront dévoilés une fois qu’il aura été signé.

L’important, ce n’est pas le prix quand nous n’avons pas de vaccins, l’important, c’est de créer une situation pouvant donner accès à des vaccins, a-t-il ajouté.

Pas le temps d'être patient

Brian Pallister a, par ailleurs, une nouvelle fois critiqué le gouvernement fédéral pour le manque d’approvisionnement en vaccins. Il a répété que, si le Manitoba disposait de suffisamment de doses, toute la population serait vaccinée en huit semaines.

Il a, en outre, vertement critiqué la Dre Joanne Langley, qui est coprésidente d'un groupe de travail conseillant le gouvernement fédéral sur l'achat de vaccins, et qui a demandé aux Canadiens d’être patients.

Nous devons, parfois, être patients, avait-elle déclaré lors d’une entrevue avec CBC. Faire des histoires ne résout pas le problème.

Brian Pallister a donné mercredi sa vision des choses. Je cherche moins à faire des histoires qu’à trouver des solutions. Nous ne devrions pas être patients et réaliser que nous courons un risque en ce moment même, a-t-il déclaré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !