•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 millions de personnes encore privées d'électricité au Texas, frappé par le froid

Des gens, visiblement gelés, font la queue, certains tentant de se réchauffer en s'emmitouflant dans des couvertures.

Des habitants de Houston ont attendu plus d'une heure sous la pluie verglaçante pour remplir leur réservoir de gaz propane.

Photo : Associated Press / David J. Phillip

Quelque 1,9 million de foyers du Texas, particulièrement touché par la vague de froid historique qui frappe le centre et le sud des États-Unis, restaient toujours dans le noir et sans chauffage mercredi en fin de soirée.

Huit États comptent plus de 10 000 abonnés privés d'électricité, mais le Texas reste de loin celui qui déplore le plus grand nombre de victimes des pannes, selon les données du site PowerOutage.us publiées mercredi à 22 h 20 (HNE).

Au cours de la journée, l'électricité a été rétablie pour près de 1,6 million d'abonnés de l'État, a précisé vers 20 h 30 le gouverneur Greg Abbott sur Twitter.

La production actuelle d'électricité permet de rétablir l'alimentation de 200 000 foyers supplémentaires chaque heure, a-t-il ajouté.

Il a précisé au cours d'une conférence de presse que la situation s'était améliorée grâce aux 6000 mégawatts ajoutés au réseau du Texas pendant la journée.

Il a assuré que 2000 mégawatts provenant de centrales nucléaires et au charbon s'ajouteraient sous peu, permettant à quelque 400 000 foyers supplémentaires de retrouver l'électricité.

Dans la journée, il a en outre signé un décret, en vigueur jusqu'au 21 février, obligeant les sociétés gazières à vendre en priorité leur gaz naturel au Texas.

Les températures extrêmes, auxquelles les Texans ne sont pas habitués, ont augmenté la demande en chauffage. Cela a submergé le réseau électrique de l'État et a causé des pannes généralisées.

La Maison-Blanche a par ailleurs spécifié mercredi que l'administration Biden avait commencé à fournir une assistance fédérale au Texas.

L'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a fourni des génératrices au Texas et se prépare à acheminer du diesel dans cet État pour assurer la disponibilité continue d'une alimentation de secours, a indiqué la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki au cours de son point de presse quotidien.

À la demande de l'État, la FEMA distribue aussi de l'eau et des couvertures, a-t-elle ajouté. Nous nous préparons à traiter rapidement les demandes d'aide d'urgence des autres États, a précisé Mme Psaki.

Dimanche soir, le président Joe Biden a approuvé la déclaration d'urgence du Texas, ce qui ouvrait ainsi la voie à une assistance fédérale.

Le rétablissement de l'électricité risque par ailleurs d'être entravé par la pluie verglaçante et la neige.

Le Texas a reçu un nouveau cocktail de grésil et de pluie verglaçante, que le bureau du service météorologique national à Austin et à San Antonio avait anticipé, dans la matinée, comme le pire de tous les événements hivernaux de la dernière semaine.

Il prévoyait des accumulations de glace pouvant atteindre 2 centimètres et provoquer des pannes de courant majeures et endommager les arbres.

Plusieurs habitants sont aussi privés d'eau, ou à tout le moins d'eau potable.

Le bureau du maire de Houston, une ville de plus de deux millions d'habitants, a annoncé dans la matinée un avis d'ébullition de l'eau, car les conditions hivernales ont fait éclater les conduites d'eau.

Selon le New York Times, la situation a fait, depuis le week-end, au moins 31 morts dans huit États, attribuables au froid extrême, mais aussi, par exemple, aux conditions routières ou aux mesures de fortune mises en place par les résidents pour se réchauffer. Certains sont morts à cause d'un empoisonnement au monoxyde de carbone.

Un réseau électrique à part

Privatisé, le système d'approvisionnement du Texas est géré par l'Electric Reliability Council of Texas (ERCOT), qui approvisionne 26 millions de clients, ce qui représente, selon la société, 90 % de l'alimentation en électricité de l'État.

Il est difficile d'affirmer que cette privatisation et la déréglementation dont le réseau a fait l'objet ont causé les pannes à grande échelle, a indiqué Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal et spécialiste de la production énergétique, en entrevue à l'émission Le 15-18, sur les ondes d'ICI Première.

L'expert fait cependant remarquer que le réseau électrique texan, qui n'est pas lié à celui de ses voisins, est vulnérable sous d'autres aspects, notamment son isolement.

Il ne peut pas être aidé aussi facilement qu’il pourrait l’être si les interconnexions avaient été plus fortes.

Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal

Comme il ne dépasse pas les frontières de l'État, le système d'approvisionnement du Texas n'est pas soumis à la surveillance de la Commission fédérale de régulation de l'énergie.

Les autres États continentaux du pays sont liés à l'un des deux réseaux électriques à courant alternatif majeurs d'Amérique du Nord.

Les experts ont également souligné que le réseau texan était mal préparé à la période hivernale.

Contrairement aux producteurs d'autres États de régions plus froides, ceux du Texas ne sont pas tenus par une loi fédérale ou étatique de mettre leurs équipements à l'abri du froid, expliquent des spécialistes interviewés par Bloomberg.

Les centrales texanes peuvent ainsi laisser leurs tuyaux, valves et manomètres exposés sans protection, ce qui coûte beaucoup moins cher, précise le site d'information.

Mardi, le gouverneur Abbott avait fustigé l'ERCOT et lancé un appel à une réforme d'urgence de l'opérateur du réseau électrique. Il a été tout sauf fiable au cours des dernières 48 heures, a-t-il déclaré.

Critique des énergies renouvelables

Il s'adresse aux journalistes, la main levée, devant un microphone.

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott

Photo : Associated Press / Eric Gay

Pendant sa conférence de presse, le gouverneur Abbott a été interrogé sur ses critiques de la veille sur les énergies renouvelables.

Toutes les sources d'énergie auxquelles l'État du Texas a accès ont été compromises en raison des températures très froides ou de défaillances des équipements, a-t-il répondu, affirmant l'avoir dit à plusieurs reprises.

Selon Bloomberg, les sources d'énergie renouvelables n'ont contribué qu'à 13 % des pannes de courant, même si elles fournissent environ le quart de l'énergie du Texas en hiver.

À l'instar de plusieurs politiciens et commentateurs de droite, le dirigeant républicain avait montré du doigt un coupable principal : les éoliennes gelées. Le département de l'Énergie du Texas et l'ERCOT ont pourtant contredit le gouverneur.

L'ERCOT a signalé mardi que les deux tiers des 45 000 mégawatts mis hors circuit étaient attribuables aux centrales au gaz naturel, au charbon et nucléaires. Seul 15 000 touchaient des centrales éoliennes.

Les énergies éolienne et solaire ont été coupées, et elles représentaient collectivement plus de 10 % de notre réseau électrique, ce qui a amené le Texas à manquer d'électricité à l'échelle de l'État, a néanmoins soutenu Greg Abbott, le même jour, sur les ondes de Fox News.

Cela montre simplement que le combustible fossile est nécessaire.

Greg Abbott, gouverneur du Texas

Cela montre à quel point le Green New Deal serait un accord mortel pour les États-Unis d'Amérique, a-t-il affirmé, critiquant ainsi au passage le plan environnemental de l'aile progressiste du Parti démocrate.

Les défaillances des infrastructures au Texas sont littéralement ce qui arrive quand on ne met pas en œuvre un Green New Deal, a rétorqué dans un gazouillis l'élue démocrate new-yorkaise Alexandria Ocasio-Cortez, une des principales promotrices du plan vert de l'aile progressiste de sa formation.

Plus tôt cette semaine, les démocrates du Texas ont eux aussi blâmé les républicains pour le fait que l'État, le plus grand producteur énergétique du pays, ait connu des pannes de cette ampleur.

Si nous avions un gouverneur ouvert aux sources d'énergie renouvelables, le Texas pourrait se trouver dans une situation où nos réserves d'énergie permettraient d'alimenter efficacement notre État, ont dit les démocrates du Texas dans un communiqué.

Plaidoyer pour une présence gouvernementale restreinte

Le prédécesseur de M. Abbott, Rick Perry, qui a ensuite été secrétaire à l'Énergie dans le Cabinet de Donald Trump, a de son côté estimé que la gauche risquait de voir dans ces pannes l'occasion d'étendre leurs propositions radicales.

Les Texans seraient prêts à être privés d'électricité pendant plus de trois jours pour éviter que le gouvernement fédéral ne se mêle de leurs affaires, a-t-il dit, selon le leader de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, qui a rapporté leur discussion sur son blogue.

Le maire d'une petite municipalité de l'État a par ailleurs dû démissionner mardi, quelques heures après son plaidoyer virulent pour le rôle réduit du gouvernement.

La ville et le comté, et les fournisseurs d'électricité [...] ne vous doivent RIEN! [...] Noyez-vous ou nagez, c’est votre choix, a écrit Tom Boyd, alors maire de Colorado City, sur la page d'un groupe Facebook.

J'en ai plein mon casque des gens qui veulent qu'on vole à leur secours, a-t-il lancé.

Si vous êtes assis à la maison dans le froid parce que vous n'avez pas d'électricité et que vous êtes là à attendre que quelqu'un vienne vous sauver parce que vous êtes paresseux, ça résulte directement de votre éducation! Seuls les plus forts survivront et les plus faibles périront.

Tom Boyd, alors maire de Colorado City

Dans son message, qui contenait plusieurs fautes d'orthographe, il s'en est pris au gouvernement socialiste qui fait en sorte que les gens paresseux s'attendent à ce que l'État agisse à leur place.

Avec les informations de Texas Tribune, CNN, Washington Post, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !