•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'acquisition de Zenabis par Hexo accueillie favorablement à Atholville

Des plants de cannabis cultivés dans l'usine

La transaction, évaluée à 235 millions de dollars, sera payée entièrement en actions.

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Radio-Canada

Le maire d’Atholville, Michel Soucy, se réjouit de l’acquisition de Zenabis Global par le producteur de cannabis Hexo, annoncée mardi.

Ma première réaction est positive, dit-il.

C’est de bon augure pour les producteurs de cannabis, et surtout pour Zenabis présentement qui eux aussi cherchaient du marché à l’extérieur du pays.

L’accord aidera en effet Hexo, établie à Ottawa, à accéder au marché européen du cannabis médical grâce aux partenariats de Zenabis et entraînera des synergies annuelles estimées à environ 20 millions de dollars dans l’année suivant la conclusion de l’accord.

En plus de l’Europe, l'entreprise aimerait éventuellement s'implanter aux États-Unis, puisque la nouvelle administration Biden semble favorable à la légalisation de l’usage récréatif du cannabis dans le pays.

Image de l'extérieur de l'usine et employé qui marche vers le travail.

L'usine d'Atholville est maintenant propriété de la compagnie Hexo, suite à la vente par Zenabis.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Avec plus de 500 producteurs de cannabis au Canada, de nombreux experts s’attendent à une vague de restructurations dans cette industrie. Celle de Zenabis et d’Hexo s’inscrit dans cette tangente.

Si Michel Soucy indique ne pas avoir eu d’échos de cette transaction, il affirme que ce n’est pas une surprise et qu’il fallait s’y attendre, puisque toute compagnie privée tente de se positionner le mieux possible sur le marché actuel.

Présentement, il y a une surproduction de cannabis au Canada alors il fallait chercher ailleurs.

Une citation de :Michel Soucy, maire d’Atholville

La réalité, c’est que pour faire concurrence au marché noir, on doit avoir de l’échelle pour être efficace, a indiqué pour sa part Sébastien St-Louis, le PDG d’Hexo.

De la visibilité pour Atholville

Le maire de cette collectivité située dans le comté de Restigouche dans le nord du Nouveau-Brunswick souligne que beaucoup d’investissements ont été injectés dans l’usine à Atholville, qui enregistre une production de haut de gamme avec de belles installations et des employés très bien formés.

Il ajoute que l’entreprise Zenabis a effectué des ajustements il y a quelques mois, et que depuis, des employés l’ont informé que la production continue à son plein régime et qu’il n’a rien entendu de négatif de la part des membres du personnel.

Le maire d'Atholville, Michel Soucy, à l'été 2018.

Michel Soucy, maire d'Atholville (archives).

Photo : CBC / Tori Weldon

Tout cela, ça fait vraiment au bout un résultat positif pour les compagnies qui opèrent ici à Atholville, conclut-il.

L’entente de Zenabis et Hexo a déjà l’aval des deux conseils d’administration, mais il faut encore le soutien d’au moins deux tiers des actionnaires de l’entreprise vancouvéroise pour que la transaction aille de l’avant.

Hexo comptabilise des ventes de 39 millions de dollars au dernier trimestre.

Avec les informations de Serge Bouchard, de Philippe de Montigny et de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !