•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression du designer Markantoine : l'accusé plaide coupable

Markantoine Lynch-Boisvert.

Markantoine Lynch-Boisvert avait été victime d'une agression à La Malbaie (archives).

Photo : Courtoisie/Markantoine Lynch-Boisvert

L'homme accusé de voies de fait contre le designer Markantoine Lynch-Boisvert, a plaidé coupable jeudi au palais de justice de La Malbaie.

L'agression de Markantoine Lynch-Boisvert avait soulevé l'indignation, plusieurs personnalités ayant dénoncé son caractère homophobe.

Le jeune homme a bien été la cible de paroles homophobes, mais l'homme qui a été accusé Nicolas Hardy, n'en est pas l'auteur.

L'individu qui a proféré des propos homophobes n'est pas monsieur Hardy a tenu à préciser à l'audience, Me Félix-Antoine T. Doyon, qui défend Nicolas Hardy.

L'avocat de Nicolas Hardy près du palais de justice de La Malbaie.

Me Félix-Antoine T. Doyon est l'avocat de Nicolas Hardy.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Altercation

Les événements sont survenus au bar Le Jazz de La Malbaie, en août 2019.

Markantoine Lynch Boisvert s'y trouvait, en compagnie de son conjoint, lorsqu'une première altercation a éclaté.

C'est à ce moment que des propos homophobes ont été prononcés et que le designer a été frappé durement au visage par un inconnu.

Quand Lynch-Boisvert s'est relevé, il a cru — à tort — que son agresseur était Nicolas Hardy.

L'homme de 29 ans, porte un chemise carrelée grise et blanche, ainsi qu'un couvre-visage noir.

Nicolas Hardy, lors de son passage au palais de justice de La Malbaie, le 17 février 2021

Photo : Radio-Canada

Il s'est précipité sur lui pour le frapper, mais Hardy l'a maîtrisé.

Leur dispute aurait pu s'arrêter là, sauf que Nicolas Hardy a pourchassé le designer à l'extérieur du bar, pour le rouer de coups.

Celui qui réside maintenant à Stoneham a plaidé coupable à une accusation de voies de fait simple, alors qu'il était au départ accusé d'avoir causé des lésions à la victime.

Commotion cérébrale

Le designer a bien subi une commotion cérébrale, mais le procureur de la poursuite a annoncé que ses blessures ont pu être le résultat de la première agression.

La juge Marie-Claude Gilbert a condamné Nicolas Hardy à 150 heures de travaux communautaires, comme les avocats le lui ont suggéré. Il devra également respecter une probation de deux ans.

De nos jours, il ne devrait même pas y avoir de distinctions entre les êtres humains, a insisté la juge avant d'ajouter qu'Hardy aurait mérité une peine beaucoup plus sévère si c'est lui qui avait tenu des propos haineux.

Nicolas Hardy a présenté ses excuses à Markantoine Lynch-Boivert, disant qu'il avait lui-même des amis gais.

Markantoine qui a écouté l'audience à distance, par vidéoconférence, accepte ses excuses.

Je crois vraiment que les gens peuvent se repentir et je crois vraiment en la deuxième chance, a-t-il réagi.

Le procureur de la poursuite a indiqué que les enquêteurs avaient rencontré 27 témoins, mais que la preuve contradictoire n'avait pas permis d'identifier l'autre agresseur qui a donné le coup de tête au visage de Markantoine Lynch-Boisvert.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.