•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7-Eleven envisage la vente d'alcool dans ses dépanneurs, à consommer sur place

Des pintes de bière sur un bar.

La chaîne 7-Eleven souhaite vendre de l'alcool uniquement pour la consommation sur place dans ses dépanneurs de l'Ontario.

Photo : iStock

Radio-Canada

La chaîne 7-Eleven souhaite vendre du vin et de la bière dans plusieurs de ses commerces de l'Ontario, ce qui suscite à la fois curiosité et inquiétude dans le monde des affaires.

L'entreprise a déposé des demandes de permis auprès de la province pour vendre de la bière et du vin destinés à être consommés sur place, la vente d'alcool dans les dépanneurs et magasins du coin étant toujours interdite en Ontario.

La requête concerne 61 des magasins 7-Eleven dans la province, dont 14 situés à Toronto.

Pour compléter notre offre d'aliments frais et chauds, nous envisageons le service en magasin d'une petite sélection de bières et de vins produits en Ontario, offerts pendant des heures limitées, et dans des zones de consommation désignées de nos établissements, peut-on lire dans une déclaration de 7-Eleven Canada.

Les employés suivraient le programme de formation Smart Serve, un programme approuvé par la province qui enseigne aux employés comment servir de l'alcool de manière responsable.

Même règles pour tous

Déjà aux prises avec les restrictions liées à la pandémie de COVID-19, les bars et restaurants de l'Ontario pourraient donc être confrontés à une nouvelle concurrence de la part d'une puissante chaîne multinationale de commerces de proximité.

Tony Elenis, président et directeur général de l'Ontario Restaurant Hotel & Motel Association, remarque qu’il ne s’agit pas du meilleur climat pour permettre davantage de concurrence.

M. Elenis affirme cependant que le projet de 7-Eleven est acceptable s'il est équitablement réglementé par le gouvernement.

Tant qu'ils respectent les règles, se dit-il. Ils doivent suivre les règles de santé, de travail et de construction associées à l'ouverture d'un restaurant.

Une enseigne en gros plan de la chaîne 7-Eleven qui donne sur un stationnement et qui mène vers un dépanneur.

La requête pour permis de vente d'alcool concerne 61 des magasins 7-Eleven dans la province, dont 14 situés à Toronto.

Photo : The Associated Press / Paul Sakuma

7-Eleven propose actuellement de la nourriture chaude comme des pizzas, du poulet frit et des hot-dogs.

Vente d’alcool en magasin

Cela ne va pas ouvrir la porte à la [vente de] bières dans les dépanneurs, a assuré une source gouvernementale de haut niveau.

Les magasins ne seraient pas autorisés à vendre de la bière ni du vin à emporter, un privilège accordé aux restaurants pendant la pandémie de COVID-19 et rendu permanent par la suite.

La préparation et la vente de nourriture doivent être la fonction principale d'un établissement, comme c'est le cas pour les restaurants.

Un étalage de bières de différentes marques.

S'il est possible d'acheter de l'alcool dans les dépanneurs dans certaines provinces, ce n'est pas le cas en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le premier ministre Doug Ford a, pour sa part, maintes fois affirmé son engagement à étendre les ventes de vin et de bière aux magasins du coin. La déclaration de 7-Eleven indique que les présentes requêtes s'inscrivent en prévision de ce changement.

Un exemple à suivre

Ryan Mallough, directeur des affaires provinciales de l'Ontario pour la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, affirme que de nombreux propriétaires de petites entreprises suivront la situation de près, car elle remet en question la réglementation pour les permis d’alcool.

Si [on] voit 7-Eleven réussir de ce côté, vous verrez peut-être que d'autres dépanneurs vont examiner cette avenue, dit M. Mallough.

Un grand nombre de bâtiments de la chaîne 7-Eleven sont relativement grands et peuvent accueillir un bar ou des places assises, ce qui constitue un avantage.

M. Mallough pense par ailleurs que les plus petits magasins pourraient s'adapter, notamment grâce aux programmes de terrasses élargies, comme le CafeTO de Toronto, qui ont permis aux restaurants d'investir les rues et les trottoirs pendant la pandémie.

Préoccupations concernant l’alcool au volant

L'organisation MADD Canada, Les mères contre l'alcool au volant, s'inquiète que de l'alcool soit servi dans certains commerces où la chaîne vend aussi de l'essence.

Son président-directeur général Andrew Murie se dit préoccupé que des conducteurs qui entrent dans un 7-Eleven pour y payer de l'essence, y prennent ensuite un verre avant de reprendre la route.

Un verre de bière.

L'organisation MADD Canada s'inquiète que de l'alcool soit servi dans certains commerces où la chaîne 7-Eleven vend aussi de l'essence.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Il se dit tout de même rassuré par le fait que les employés devront suivre une formation.

M. Murie estime également que la police de l'Ontario fait déjà un bon travail de traçabilité pour déterminer la provenance des conducteurs en état d'ébriété.

Les commerces de 7-Eleven devront donc en être conscients, précise-t-il, et se comporter en entreprise citoyenne.

D'après les informations de Trevor Dunn, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !