•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bon départ pour le compostage dans la Vallée-de-l’Or

Des résidus de légumes dans un bac évalué dans le cadre du projet pilote de la Ville de Québec.

La MRC de la Vallée-de-l'Or note une hausse de la masse de matières compostées en janvier.

Photo : Radio-Canada / Maxime Denis

La MRC de la Vallée-de-l’Or (MRCVO) dresse un bilan positif des trois premiers mois de collecte des matières compostables sur son territoire.

Entre le 1er novembre et le 1er janvier, un total de 313 tonnes métriques de matières issues de bacs bruns ont été récoltées. La MRC estime que 40 % des adresses sur le territoire ont déposé le bac brun à la rue en janvier, comparativement à 20 % pour le premier mois.

Il y a aussi eu une progression entre décembre et janvier sur la quantité de matières collectées de 89 à 99 tonnes, explique Marco Veilleux, directeur du service de l’environnement à la MRCVO. On savait que le problème de gel pouvait être un frein à l’adhésion au début. On lutte contre la méconnaissance des citoyens. Certains font des erreurs, ça gèle dans le bac et les matières restent là. On s’attend à ce que l’adhésion augmente plus rapidement à compter du printemps, parce que ça sera plus facile pour les gens.

La MRC doit aussi composer avec la présence de sacs compostables en bioplastique dans plusieurs bacs bruns : ces sacs ne peuvent être acceptés et traités avec la technologie utilisée à la plateforme Val-d’Or.

Pictogramme qui indique que le papier est accepté, mais pas le plastique.

Seuls les sacs en papier sont acceptés dans les bacs de compost dans la MRC de la Vallée-de-l'Or.

Photo : Capture d'écran du site Bon débarras!

Même s’ils sont vendus en épicerie ou en quincaillerie, on ne peut pas les recevoir. Dès qu’on en voit dans un bac, on ne peut en faire la collecte, parce qu’on n’est pas équipés pour en faire le tri à la plateforme, ajoute M. Veilleux.

Par étapes

Au cours des prochains mois, la MRCVO entamera la distribution des bacs bruns pour les immeubles de plus de 10 logements, mais aussi les écoles primaires. Les écoles secondaires, les industries, les commerces et les institutions seront visés en 2022.

Il nous reste encore beaucoup de travail à faire, mais nos premiers résultats démontrent déjà beaucoup de tonnage qui ne va pas à l’enfouissement, souligne le préfet Martin Ferron. C’est sûr qu’on souhaite en venir à 80 % ou 90 % d’adhésion, mais ce ne sont que les balbutiements. On a fait le choix d’y aller par étapes pour bien ajuster nos collectes et nos méthodes. On devrait arriver à notre maximum de récupération d’ici trois ou quatre ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !