•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'éducation pour célébrer le Mois de l’histoire des Noirs aux T.N.-O.

Ambe Chenemu parle au micro.

Le président de BACupNorth, Ambe Chenemu, a été l'un des organisateurs de la manifestation en soutient à Black Lives Matter, à Yellowknife, en juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Pour célébrer le Mois de l’histoire des Noirs, le nouvel organisme de défense de la justice raciale et des intérêts des communautés noires des Territoires du Nord-Ouest, BacUPNorth, espère sensibiliser les Ténois à la richesse de l’histoire des Noirs du pays.

En juin 2020, des centaines de résidents de Yellowknife sont descendus dans la rue pour soutenir le mouvement Black Lives Matter et dénoncer des événements tragiques comme la mort de George Floyd ainsi que le racisme systémique qui les sous-tend.

Après la manifestation, l’organisateur Ambe Chenemu et d’autres participants ont décidé qu’il fallait continuer le travail.

D’autres injustices se sont produites dans le passé, mais je pense que la mort de George Floyd a été celle qui a vraiment marqué les gens, explique-t-il. Après la manifestation, nous avons décidé de pousser un peu plus loin parce que nous n'avons rien ici, dans le territoire, qui rassemble les Noirs dans la même organisation.

Des centaines de manifestants

C’est ainsi qu’est né l’organisme BACupNorth (Black Advocacy Coalition) et son engagement pour donner une voix à la communauté noire afin de faire avancer les débats de justice et d’équité raciale dans le Nord canadien.

Nous savons que nos frères et sœurs autochtones ont beaucoup parlé [du racisme systémique], dit Ambe Chenemu, qui est devenu président du nouvel organisme. Après la mort de George Floyd, nous pensions que le moment était malheureusement propice pour faire avancer les choses et sensibiliser la population à ce que c’est qu’être Noir dans le Nord.

Le problème du racisme et du racisme anti-Noirs est quelque chose que le Canada n’a pas embrassé dans sa culture. Le Nord n’y fait pas exception.

Une citation de :Ambe Chenemu, président, BACupNorth

Le racisme dans le Nord

Selon Ambe Chenemu, le racisme aux Territoires du Nord-Ouest est parfois subtil et peut se manifester par une discrimination au travail ou à l'embauche, ou encore par un médecin qui s’adresse différemment à une personne de couleur qu'à une personne blanche.

Si vous habitez à Toronto ou à Calgary, ce sont des choses évidentes [comme la brutalité policière]. Pour nous, ici, nous essayons de dire qu’il ne faut pas nécessairement trouver un seul problème, mais que nous devons améliorer le système.

Le logo de l'organisme BACupNorth.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'organisme BACupNorth a été créé entre octobre et août 2020, à Yellowknife.

Photo : BACupNorth

La meilleure solution pour contrer les stéréotypes et les préjugés inconscients, selon Ambe Chenemu, reste l'éducation et le rapprochement entre communautés.

Si vous êtes intéressés par l’histoire et la culture des Noirs, si vous travaillez avec des personnes de couleur, essayez d’apprendre à les connaître. Je crois que ça peut vraiment aider à combattre les stéréotypes et les barrières, dit-il.

Le Mois de l’histoire des Noirs est un mois pour célébrer l'excellence noire et notre culture. Mais, vous savez, il y a des gens noirs [autour de nous] tous les autres mois de l'année.

Une citation de :Ambe Chenemu, président, BACupNorth

Bien qu'il soit très présent sur les réseaux sociaux, la portée de BACupNorth reste pour l’instant limitée par sa jeune équipe. Son président espère que l’organisme pourra être plus présent pour tisser des liens et mettre en vitrine la richesse des différentes communautés noires de Yellowknife, une fois la pandémie terminée.

D’ici là, l’organisme continue de publier sur les réseaux sociaux des informations et des ressources sur l’histoire des Noirs au pays et sur les entreprises locales qui font partie de la communauté de Yellowknife.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !