•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : la CAQ à la solde des « radios poubelles », selon QS

Manon Massé en point de presse lève l'index.

La leader de Québec solidaire Manon Massé.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Québec solidaire jette les gants dans le dossier du tramway de Québec. Vu l’impasse dans les négociations entre le gouvernement et la Ville, les solidaires accusent la CAQ de jouer le jeu des « radios poubelles ».

C’est en train de nous coûter collectivement une beurrée!, a clamé la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, lors de la période de questions matinales à l’Assemblée nationale.

Citant le récent rapport du vérificateur général de la Ville de Québec, l’élue solidaire déplore que chaque année de retard dans le lancement des travaux du tramway ajouterait 100 millions de dollars à la facture du projet.

« 100 millions sortent des poches de tous les contribuables annuellement, parce que la vice-première ministre et une petite gang de députés caquistes dans le coin ont peur de se faire varloper par les radios poubelles! »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Manon Massé accuse la Coalition avenir Québec de faire du patinage artistique sur la question de la desserte des banlieues afin de retarder le projet.

La CAQ s'engage-t-elle à « payer les frais de retard? »

Au Parti libéral, le député Enrico Ciconne calcule que chaque jour de retard coûte 274 000 $ au trésor public.

Une maquette du tramway comme présentée le 20 novembre

L'intégration du tramway dans une des stations de la ville

Photo : Ville de Québec

Ce n’est pas compliqué, plus le gouvernement attend, plus ça coûte cher, s’indigne-t-il. Puisque visiblement les caquistes bloquent le projet, est-ce qu’ils vont s’engager à payer les frais de retard?

Sondage favorable

Imperturbable, la vice-première ministre, Geneviève Guibault, répète pour sa part que le réseau de tramway doit offrir une alternative moderne et efficace pour les résidents de la périphérie de Québec.

« On ne peut pas accoler le terme structurant à un projet s'il ne dessert pas autre chose qu'un centre-ville. »

— Une citation de  Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec
La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s'adresse aux journalistes.

Geneviève Guilbault assure que les discussions se poursuivent avec la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

La publication d’un nouveau sondage commandé par Le Journal de Québec et TVA Nouvelles qui révèle un appui de 50 % au projet structurant, contre 39 % des répondants qui s’y opposent, ne forcera pas le gouvernement à précipiter les choses.

On va continuer de travailler avec la Ville, assure Geneviève Guilbault. C'est comme ça qu'on fait avancer le projet.

Mme Guibault n'a toutefois pas voulu s'avancer sur l'impact économique d'un report de l'échéancier de réalisation du tramway.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !