•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec offrira des tests de dépistage rapide aux entreprises privées

Les entreprises devront demander les tests au ministère de la Santé et démontrer qu'elles suivent les mesures de prévention et de contrôle des infections.

Des tubes identifiés par des étiquettes autocollantes sont placés sur une table.

Tests de dépistage rapide de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, annonce mercredi que les entreprises privées pourront obtenir des tests de détection rapide de la COVID-19 dans le but de réduire les risques d'éclosion en milieu de travail.

Ces tests de dépistage rapide de détection d'antigènes sont déjà utilisés dans des cliniques mobiles et dans quelques écoles de Montréal, dans le cadre d'un projet pilote.

En date du 15 février, le ministère de la Santé et des Services sociaux recensait au Québec 372 éclosions actives dans les milieux de travail, 294 dans les milieux de vie et de soins et 274 dans les écoles.

Les entreprises désireuses d'obtenir ces tests rapides devront en faire la demande au ministère de la Santé, qui confiera aux directions de santé régionales le soin d'y répondre.

Les directions régionales vérifieront :

  • la pertinence et la faisabilité du projet;
  • la vulnérabilité du milieu de travail;
  • le fait que l’entreprise a instauré les mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI) et qu'elle les respecte rigoureusement.

Il est important de souligner que les tests antigéniques rapides sont complémentaires aux mesures PCI, et ne les remplacent pas.

Extrait du communiqué de Christian Dubé, ministre de la Santé

Par communiqué, M. Dubé explique que ces trousses seront mises à la disposition des entreprises de manière encadrée et progressive. Une entreprise pourra se constituer un inventaire de ces tests de dépistage rapide afin d'être en mesure d'enclencher un protocole de dépistage dès qu'un employé présentera des symptômes, écrit-il.

En cas d'éclosion majeure, l'entreprise privée peut déjà obtenir de la santé publique régionale l'instauration de cliniques mobiles, et ce, afin qu'un dépistage massif soit effectué en milieu de travail.

Les travailleurs de la santé, notamment ceux qui vaccinent, seront bientôt dépistés avec des tests antigéniques rapides. Les détails concernant ce déploiement seront dévoilés prochainement, indique-t-on.

Moins fiables que les tests de laboratoire

Le Québec dit s'appuyer sur des données probantes et sur les recommandations d'experts pour déployer les tests de dépistage rapide en entreprise.

Des tests qui sont moins fiables que les tests réguliers en laboratoire, rappelle le gouvernement de François Legault, et qui peuvent donc laisser échapper des cas d’infection ou indiquer à tort qu’une personne est atteinte de la COVID-19.

C’est pourquoi les travailleurs qui obtiennent un résultat négatif à la suite d'un test rapide doivent continuer de respecter les consignes sanitaires et ne pas relâcher les mesures de prévention, prévient-on.

Quant aux employés en télétravail, cela ne signifie nullement qu'ils reprendront le chemin du bureau : les tests antigéniques rapides sont destinés à ceux dont la présence est essentielle à la poursuite des activités, précise le ministre Dubé.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !