•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet homme a couru tous les jours pendant 31 ans

Derrick Spafford court sur une route de gravier au Nunavut.

Derrick Spafford dans les montagnes de l'île de Baffin, au Nunavut

Photo : Photo offerte par Spafford Health and Adventure

Un Ontarien de Yarker, près de Kingston, a couru tous les jours pendant plus de 31 ans. Sa séquence a pris fin le mois dernier.

Chaque jour depuis le 25 décembre 1989, Derrick Spafford laçait ses chaussures et filait pour une course d'au moins 20 minutes. Pendant des années, ses sorties pouvaient s'étirer sur des heures. Peu importe les conditions météorologiques, il allait courir.

Au début, c'était surtout pour devenir un meilleur coureur, dit-il. Je courais à longueur d'année et je participais à des courses depuis 1982. En 1989, j'ai traversé une période au cours de laquelle je ne courais pas aussi bien que je le voulais, alors j'ai décidé de commencer une séquence pour être plus constant.

L'Ontarien a souvent couru dans les sentiers autour de chez lui pour poursuivre sur sa lancée – un coureur doit parcourir au moins un mille par jour (1,6 kilomètre) pour se qualifier auprès de l'association américaine des séquences de course à pied. Il n'a pas lésiné sur ses objectifs.

Ces dernières années, il a entre autres pris part au Yukon Arctic Ultra, un ultramarathon de 100 milles (160 kilomètres) décrit comme le plus froid et le plus dur au monde. Il a aussi traversé la vallée Akshayuk, sur l'île de Baffin, au Nunavut.

Il y a certainement eu des jours où je n'avais pas envie de courir, reconnaît-il. C'est un peu plus difficile de sortir le lendemain d'une course de 100 milles, par exemple, mais c'est là que tu réalises que tu veux que la séquence continue, alors tu sors.

L'homme de 54 ans n'a pas arrêté de courir parce qu'il n'en avait plus envie. Le 20 janvier, il a été hospitalisé en raison d'une embolie pulmonaire. Un caillot de sang qui s'était formé dans son mollet gauche s'est frayé un chemin jusque dans ses poumons.

J'ai toujours pensé que tant qu'il n'y avait pas de danger pour ma santé, raconte-t-il, j'allais continuer à courir, mais quand j'ai compris que cela pouvait être grave, je ne me suis pas posé de questions. Il ne faisait aucun doute que je devais arrêter.

Je me remets toujours de l'embolie. Je fais des randonnées en raquettes, mais je ne cours pas et ne sors pas très longtemps, ajoute-t-il.

Pas d'autre séquence en vue

Derrick Spafford vêtu d'un manteau d'hiver lors de l'une des courses qu'il a organisées.

Derrick Spafford

Photo : Photo offerte par Spafford Health and Adventure

Derrick Spafford a vu sa série prendre fin le 19 janvier 2021, 11 348 jours après l'avoir commencée. Il s'agissait alors de la troisième place pour un coureur actif au Canada, selon l'association américaine des séquences de course à pied.

Le Québécois Simon Laporte et le Torontois Rick Rayman le dépassaient à ce chapitre. Ils ont chacun réalisé plus de quarante ans de sorties quotidiennes de plus d'un mille.

Le record absolu – 19 032 jours consécutifs – a été établi par le marathonien britannique Ron Hill, qui a participé à deux Jeux olympiques, remporté le marathon de Boston et gagné une médaille d'or aux Jeux du Commonwealth. Sa séquence a pris fin le 28 janvier 2017, au bout d'un peu plus de 52 ans.

Derrick Spafford n'a pas envie de se lancer à la poursuite de ces records. Il entend se remettre à la course à pied quand ses médecins lui donneront le feu vert, mais il ne croit pas qu'il entamera une autre séquence. S'il court, ce sera pour le plaisir d'être dans la nature et de profiter de sa beauté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !