•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec promet une présence policière accrue pendant la relâche

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s'adresse aux journalistes.

Québec préfère renforcer les restrictions déjà en place pour limiter la propagation de la COVID-19 pendant la relâche scolaire plutôt que d,en ajouter de nouvelles.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Radio-Canada

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, annonce le lancement d'une opération policière du 26 février au 7 mars pour veiller au maintien du couvre-feu et surveiller les rassemblements illégaux dans les lieux publics et les résidences au cours du congé de la relâche.

Bien que les forces policières ne mettront en place aucune barrière ni aucun point de contrôle entre les zones rouges et orange pour limiter les déplacements pendant le congé de la relâche scolaire, la ministre de la Sécurité publique a promis mercredi une présence policière renforcée pour veiller au maintien des mesures sanitaires déjà en place.

La semaine de relâche ne doit pas devenir une semaine de relâchement.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec

Au moins 15 000 heures de surveillance policière sur 10 jours seront consacrées à cette opération pendant la relâche scolaire au cours de laquelle des centaines de milliers d'élèves et de professeurs et leurs proches se retrouvent en congé.

Tous les corps policiers du Québec seront mis à contribution pour assurer le succès de l'opération.

Expliquant que les mesures déjà en vigueur ont fait leurs preuves, que le nombre de cas de COVID-19 et les hospitalisations sont en baisse depuis plusieurs semaines, Geneviève Guilbault a ajouté que le gouvernement préfère mettre les forces policières à contribution pour renforcer ces mesures efficaces plutôt que d'en ajouter de nouvelles.

Du 26 février au 7 mars, il faudra donc s'attendre à voir davantage de policiers patrouiller dans les lieux de villégiature, dans les sentiers de motoneige, les patinoires et même dans les restaurants et les commerces autorisés à ouvrir leurs portes.

Rappelons que les personnes qui ne respectent pas le couvre-feu en vigueur depuis le début janvier ou qui s'adonnent à des rassemblements illégaux s'exposent à des amendes pouvant aller de 1000 $ à 6000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !