•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des solutions permanentes demandées après la mort d'un sans-abri dans un incendie

Des voitures de police et une ambulance sont stationnées dans la rue.

Le Service d'incendie et des soins paramédicaux a été appelé à intervenir au sujet d'un incendie dans un campement de sans-abri de Winnipeg, mardi dernier (archives).

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

La mort d’un sans-abri dans un incendie mardi révolte les défenseurs de la cause, les travailleurs sociaux et le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, qui réclament des solutions concrètes à l’itinérance.

C’est malheureux de voir ce genre de choses se produire, a déclaré un membre de l'équipe de sensibilisation de Resource Assistance for Youth, Serge Uwimana. L’organisme à but non lucratif de Winnipeg travaille auprès des jeunes sans-abri, notamment au campement installé près de l’avenue Higgins, qui a pris feu en début de semaine.

Le Service d’incendie et de soins paramédicaux de Winnipeg est intervenu dans le campement du quartier de South Point Douglas aux alentours de 11 heures mardi. Selon le communiqué des pompiers, à leur arrivée, l’un des abris avait été complètement détruit par les flammes, et la fumée avait envahi le reste du campement.

Un corps a été découvert dans les décombres, et la victime n’a pas encore été identifiée. La Ville a indiqué que personne d’autre personne n’a été blessé.

Selon Serge Uwimana, ce genre d’incident est prévisible. Les gens ne peuvent pas rester dans le froid quand il fait -40 °C. Ils vont faire un feu pour se réchauffer et ce genre de choses va se produire.

Nous ne sommes pas sûrs de ce qui s’est passé, a confié un membre du Mama Bear Clan, Mitch Bourbonniere. Mais d’après ce que nous avons entendu, la victime est l’une des personnes que nous connaissons et avec qui nous avons des contacts.

En juin dernier, un grand campement pour sans-abri, installé sur la propriété de la Fédération des Métis du Manitoba, au centre-ville de Winnipeg, avait été démantelé. Certaines personnes présentes se sont par la suite installées au campement près de l’avenue Higgins. Au fil des mois suivants, d’autres itinérants avaient rejoint le site.

Pas de solutions suffisantes

Lors d’une mêlée de presse mardi, le chef du Parti libéral, Dougald Lamont, a déploré le manque de solutions offertes aux personnes sans-abri.

Il a fait - 40 °C à Winnipeg. Les gens n’ont pas d’endroits chauds où aller la journée et parfois pas d’endroits sécuritaires où se rendre pour la nuit, a-t-il déclaré. C’est une chose que l’on doit améliorer.

Durant l’instauration du code rouge dans la province, le 2 novembre dernier, les sans-abri se sont retrouvés plus démunis que jamais. Les abris d’urgence ont réduit leur capacité ainsi que le temps que les personnes pouvaient y passer afin de permettre au personnel de désinfecter régulièrement. Mais cela a également entraîné la fermeture des bibliothèques et des centres commerciaux où il était possible de s’abriter du froid durant la journée.

De nombreux itinérants se sont donc regroupés dans des abribus ou des campements pour tenter de supporter le froid extrême qui a frappé la province ces dernières semaines.

Pour le défenseur des sans-abri, Al Wiebe, la situation est tragique. Cet incendie s'est produit parce que ces gens essayent de se réchauffer.

Un homme à lunettes avec des cheveux blancs et une barbe blanche sur une rue de Winnipeg.

Pour le défenseur des sans-abri, Al Wiebe, l'incendie fatal qui a eu lieu dans un campement mardi est une tragédie.

Photo : Radio-Canada

Al Wiebe salue les programmes de sensibilisation et la surveillance des campements par les pompiers, mais il note que ce ne sont que des solutions de fortune.

Selon les personnes interrogées par CBC, l'accès au logement abordable doit être l’axe de travail principal pour offrir une solution concrète et permanente aux personnes en situation d’itinérance. Le sous-financement est un échec du système , ajoute Al Wiebe.

En attendant des solutions à long terme, le défenseur des sans-abri suggère au gouvernement d’ouvrir les portes des églises et des centres commerciaux, notamment Place Portage, afin qu'ils puissent s’asseoir et se réchauffer dans la journée.

Le Service d’incendie et de soins paramédicaux poursuit son enquête sur le déclenchement de l’incendie, la piste de bombes aérosol étant privilégiée.

Avec les informations de Nicholas Frew/CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !