•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves du Grand Toronto retournent en classe après deux mois

Trois élèves de l’école secondaire Earl Marriott sont assis dans un autobus scolaire le 4 janvier 2021.

Trois élèves de l’école secondaire Earl Marriott sont assis dans un autobus scolaire le 4 janvier 2021. (archives)

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Les élèves à Toronto et dans les régions de Peel et de York sont finalement retournés sur les bancs d'école mercredi. Ils étaient les derniers à le faire en Ontario.

Ces dizaines de milliers d'élèves poursuivaient leur apprentissage en ligne depuis la fin du congé des Fêtes.

Le jour tant attendu des retrouvailles en personne a été retardé à cause du confinement d’abord, puis à cause de la météo capricieuse.

Je pense que c'est très important pour le moral des parents et des enfants de retrouver une vie normale, affirme Riyad Bouziany, un père de famille qui déposait ses enfants Reem et Marwan a l’école élémentaire Pierre-Elliott-Trudeau à Toronto mercredi matin.

Ce n'est pas évident pour tout le monde. Il faut faire des efforts pour trouver le bon rythme, prendre les précautions nécessaires, poursuit-il. Sa fille Reem, de son côté, n'a pas non plus caché ses sentiments face à la retrouvaille des camarades de classe et à la fin de l'apprentissage virtuel à distance.

« Ca fait longtemps qu'on ne les a pas vus pour de vrai. L'école à la maison c'était ok, mais c’était un peu ennuyeux devant l’écran. »

— Une citation de  Reem Bouziany, élève à l'école élémentaire Pierre-Elliott-Trudeau

Même son de cloche chez la mère de famille Mélissa McDonnell, qui se dit un tout petit peu inquiète des nouveaux variants du coronavirus qui circulent en Ontario, même si la reprise des cours en personne reste pour elle une bonne nouvelle.

Ça fait un bout de temps que les enfants sont à la maison et ça va les aider un peu à remonter le moral, estime Mme McDonnell.

De nouvelles mesures accompagnent cette rentrée

Pour ce retour en classe, les élèves doivent porter des masques dès la première année, alors qu’avant les Fêtes, le couvre-visage n’était requis qu’à partir de la 4e année.

Un élève portant un masque regarde par la fenêtre de l'autobus scolaire dans lequel il est assis.

Le masque est maintenant requis à l'école pour tous les élèves ontariens dès la 1ère année.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Pour la mère de famille Émilie Dyan, c'est une mesure qui sera facile à appliquer. Le masque, il le portait déjà quand même la plupart du temps, dit-elle au sujet de son fils. Donc ça ne va pas être un gros changement et je pense que maintenant ils sont habitués.

Un avis partagé par Mélissa McDonnell, qui affirme que s'il y a quelqu'un qui peut suivre les règles, c’est les enfants avec les enseignants.

Quant au dépistage dans les écoles, le ministre de l’Éducation Stephen Lecce s’est adressé aux parents, mardi, les assurant de la disponibilité de tests pour leurs enfants.

Le ministre Lecce a demandé aux conseils scolaires d'effectuer des tests dans au moins 5 % de leurs écoles (comprenant au moins 2 % de leurs élèves) chaque semaine, grâce à un mélange de tests rapides et traditionnels (nasopharyngé).

Ce dépistage asymptomatique sera volontaire. Par ailleurs, les conseils scolaires de moins de 10 écoles sont exemptés de l’objectif de 5 %.

Une femme masquée porte dans ses bras un jeune enfant auquel une infirmière est en train de faire un prélèvement de sécrétions nasales pour le dépistage de la COVID-19.

Le dépistage de la COVID-19 est déjà en cours dans des écoles du Nord de l'Ontario touchées par des éclosions.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

De leur côté, 16 écoles de Toronto recevront des trousses de dépistage à la maison pour les élèves qui ont des symptômes dans le cadre d'une initiative de l'Hôpital Michael Garron.

L'école élémentaire La Mosaïque a informé les parents qu'elle aurait bientôt le nécessaire pour faire le test nasal-buccal, qui ne nécessite pas un professionnel de la santé.

Dessinez 5 cercles sur le dessous de votre langue. Frottez l’intérieur de votre joue trois fois. Faites la même chose sur l’autre joue. Mettez l’écouvillon juste à l’intérieur de votre narine et frottez tout autour 3 fois [...] peut-on lire dans le document illustré.

Un guide illustré du dépistage qui montre un enfant prélevant un échantillon dans sa bouche.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs parents ont reçu un guide pour effectuer eux-mêmes un test de dépistage à la maison.

Photo : Radio-Canada

Critiques

Ces mesures sanitaires n’ont toutefois pas suffi à rassurer nombre de parents et d'enseignants qui, depuis des semaines, ont exprimé leurs inquiétudes quant à la transmission virale au sein des écoles.

La cible de dépistage de 5 % annoncée par le ministre Lecce n’a pas manqué de soulever une vague de protestations sur les réseaux sociaux, certains parents l’estimant bien trop modeste. Sur le front des nouvelles mesures de lutte contre la pandémie, leur cheval de bataille reste le même : la réduction des effectifs dans les classes.

Le ministre a indiqué que les écoles ciblées pour les tests seront sélectionnées par les conseils scolaires eux-mêmes, avec le soutien du Ministère et des services de santé publique locaux.

Tous les conseils seront amenés à rendre compte de leurs activités d'essai de dépistage rapide sur une base hebdomadaire.

Un technicien verse de la salive dans une fiole, dans le but de faire un test de dépistage rapide de la COVID-19.

Un test rapide de dépistage

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Le nouveau programme de dépistage doit être mis en place à partir de cette semaine à Toronto et dans les régions de Peel et de York et le 22 février dans le reste de la province.

M. Lecce a déclaré mardi que les nouvelles mesures – notamment l'extension du dépistage asymptomatique, les règles plus strictes du port du masque chez les plus jeunes et un formulaire d'auto-évaluation des symptômes à remplir chaque jour – devraient contribuer à maintenir le nombre de cas à un faible niveau dans les écoles de la province.

Avec des informations de Nicolas Haddad et de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !