•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une colonie de près de 400 chauves-souris trouvée dans une patinoire à Unity

Une dizaine de chauve-souris brunes se trouvent dans une boîte en plastique ponctuée de trous.

Dave Pentecost, qui a été chargé de prélever les chauves-souris, affirme que c'est l'une des cinq plus importantes colonies qu'il a vues au cours de sa carrière.

Photo : Living Sky Wildlife Rehabilitation

Radio-Canada

C'est dans le grenier de la patinoire de la Ville d'Unity, où étaient effectuées des rénovations, qu'ont été trouvées 386 grandes chauves-souris brunes, une espèce commune en Amérique du Nord.

Dave Pentecost, qui a une entreprise spécialisée dans la gestion des chauves-souris, et son fils, ont passé une bonne partie du mois de février à les retirer de la patinoire.

Des bénévoles du centre de réhabilitation Living Sky Wildlife, de Saskatoon, s’occupent des chauves-souris depuis vendredi dernier.

Le directeur général du centre, Jan Shadick, affirme que, lors de l’hibernation, les chauves-souris survivent grâce aux graisses qu’elles ont stockées. Lorsqu'on les réveille, elles recommencent à puiser dans ces graisses, alors qu’elles n’ont pas de moyen d’en recréer, vu qu’il n’y a pas d’insectes en ce moment.

En tout, 323 chauve-souris ont survécu à leur déplacement. Face au grand nombre de mammifères, le centre a mis en place un système de bénévolat pour que les chauves-souris puissent être examinées.

Chaque chauve-souris est pesée, hydratée et nourrie avec des vers.

Une chauve-souris est examinée par un bénévole avec la chauve-souris tenue dans une main protégée par un gant.

Certaines chauves-souris étaient mal en point, notamment à cause d'agressions entre elles, à force d'être collées les unes contre les autres pendant si longtemps.

Photo : Living Sky Wildlife Rehabilitation

Celles qui avaient un poids suffisant ont pu retourner à leur hibernation.

Jan Shadick, directeur général du centre de réhabilitation Living Sky Wildlife

Les chauves-souris en hibernation se trouvent actuellement dans une pièce dont la température est contrôlée entre 5 et 15 °C.

Des boîtes en plastique sont posées sur le sol d'une pièce. Elles servent à l'hibernation des chauves-souris.

Les chauves-souris en bonne santé ont pu retourner en hibernation dans des boîtes en plastique, dans une salle dont la température est contrôlée.

Photo : Living Sky Wildlife Rehabilitation

Toutefois, 75 chauves-souris restent trop faibles et ont un poids insuffisant pour être replongées en hibernation.

Pendant une semaine et demie, trois à quatre personnes ont passé six heures par jour à les nourrir pour essayer de les faire engraisser.

Dès qu’elles atteindront le poids idéal, on pourra les remettre en hibernation.

Jan Shadick, directeur général du centre de réhabilitation Living Sky Wildlife

Trouver un nouvel endroit pour les chauves-souris

Au printemps, les chauves-souris sortiront de leur hibernation et seront remises à l’état sauvage dans la région d'Unity.

Le centre affirme cependant qu’elles auront quand même besoin d’un endroit pour hiberner.

Il veut travailler avec la Ville pour trouver une solution.

Jan Shadick espère pouvoir construire une maison spéciale dans la région, pour permettre aux chauves-souris de finir leur hibernation avant le printemps.

L’endroit deviendrait leur territoire, et elles n’auraient pas à retourner dans un bâtiment public.

Jan Shadick, directeur général du centre de réhabilitation Living Sky Wildlife

Dave Pentecost pense de son côté qu’il y en a encore des centaines dans la patinoire, notamment car la plupart qui ont été trouvées sont des mâles : Il y a possiblement une colonie de femelles quelque part dans le bâtiment.

Lundi, Dave Pentecost y a trouvé 68 nouvelles chauves-souris. Elles seront envoyées comme les autres, au centre de réhabilitation Living Sky Wildlife.

Avec les informations de Mickey Djuric

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !