•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel album pour le groupe de Québec Bleu Kérosène

Bleu Kérosène lance L'artifice de l'aube, un deuxième album en quelques mois. On aperçoit cinq beaux jeunes devant une chute d'eau, l'été.

Bleu Kérosène lance «L'artifice de l'aube», un deuxième album en quelques mois.

Photo : Odile Gagné-Roy

Quelques mois à peine après avoir lancé La chaleur, son premier minialbum, Bleu Kérosène récidive avec un deuxième opus intitulé L'artifice de l'aube.

C'est que la pandémie a eu un rôle à jouer dans cette accumulation d'albums.

D'abord, en 2019, la jeune formation enregistre La chaleur, un album de trois pièces.

On voulait partir en tournée dès la parution de l'album et comme ce n'était pas possible pour tous les membres du band, on s'est dit qu'on allait repousser la parution du disque de quelques semaines. Mais voilà, la pandémie a frappé, explique la chanteuse Érika Hagen-Veilleux.

La chaleur est finalement lancé en 2020 alors que, confinés, les musiciens travaillent déjà sur de nouvelles compositions.

Au nombre de cinq, ces nouvelles chansons – pour la plupart en français – se retrouvent quelques mois plus tard sur un deuxième minialbum intitulé L'artifice de l'aube.

Trouver sa voix

Influencée par Daniel Bélanger, Patrick Watson et Radiohead, la formation comprend rapidement qu'elle doit trouver sa propre signature musicale. Ce à quoi elle parvient avec son nouveau disque.

Notre univers est assez flottant, liquide, très poétique, explique la jeune femme. Il est très imagé, avec quand même un peu de groove au travers de tout ça, ajoute-t-elle.

Le résultat est une pop mâtinée d'élans jazz, où la poésie des textes est mise de l'avant.

J'écris sur l'amour et l'amitié, avance la chanteuse, qui signe également les textes.

Dans ma poésie, il a une présence de réflexions féministes, même si c'est amené de manière subtile, raconte Érika Hagen-Veilleux. Il y a une résistance douce dans ma poésie, affirme-t-elle.

Une affaire de famille

À l'origine de ce quintette de Québec se trouve Érika Hagen-Veilleux et son frère Jérémie Hagen-Veilleux, pianiste de formation.

Celle qui, à l'époque, pratique surtout le slam et la poésie, décide de fonder en 2016 un groupe avec son grand frère claviériste. Le nom du groupe émerge d'une discussion lors d'un voyage en famille.

On a flashé sur le mot kérosène, se souvient Érika. On trouvait que ça sonnait bien en bouche. Ensuite, on est arrivés à Bleu Kérosène, on trouvait que c'était poétique, que ça évoquait la flamme bleue du kérosène.

Depuis, d'autres musiciens ont intégré la formation. Chloé Jacques (basse), Loïc Paradis-Laperrière (batterie) et Jean-François Lemieux (guitare) ont participé à la création de L'artifice de l'aube, offert dès maintenant sur la plupart des plateformes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !