•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir de l’église Saint-Mathias toujours incertain

Une église.

L'église Saint-Mathias à Arvida a une architecture particulière.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) prolonge d’un an la validité de son avis d’intention de conférer le statut d’immeuble patrimonial à l’église Saint-Mathias d’Arvida.

Cette décision ne fait pas l’affaire de la Fabrique Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, propriétaire de l’église, puisque le report de l’échéance risque de lui coûter cher. Aux prises avec une baisse marquée de revenus en raison du déclin de la fréquentation des lieux de culte, une situation aggravée par la pandémie de COVID-19, la fabrique doit investir 800 000 $ pour maintenir le bâtiment, dont la valeur est estimée à environ 500 000 $.

Un projet de vente est dans l’air, mais aucune transaction ne peut survenir tant et aussi longtemps que le MCCQ n’a pas statué sur la valeur patrimoniale de l’immeuble.

Le président de la fabrique, René Lapointe, veut connaître les intentions du Ministère le plus rapidement possible puisque chaque jour qui passe augmente la charge financière de l’organisme. Si ça devient un édifice patrimonial classé intérieur et extérieur, on ne peut rien faire avec ça , met-il en relief.

René Lapointe rappelle que l’acquéreur potentiel aimerait faire de l’église Saint-Mathias une salle de spectacles. Des immeubles à logement et des bureaux seraient aussi construits sur les terrains nord et sud du temple. Le presbytère ne fait pas partie du projet de vente. Le président affirme que l’offre du promoteur qui souhaite acheter l’église est toujours valable, même si les délais s'allongent. Le projet, dans son ensemble, fait consensus au sein de la fabrique et chez les paroissiens.

Des discussions de coulisses permettent à René Lapointe de croire que le MCCQ pourrait trancher avant l’échéance de la validité de son avis d’intention, fixée au 19 décembre 2021. Du moins, c’est ce que le président et ses collègues espèrent.

On est comme pris entre l’arbre et l’écorce. On ne peut ni vendre ni fermer , poursuit celui qui aimerait que la citation patrimoniale, si elle est conférée par le gouvernement, se limite à l’extérieur du bâtiment.

Un premier avis d'intention en 2019

En décembre 2019, le MCCQ a manifesté, pour une première fois, son désir de citer l’église en raison de sa valeur architecturale et historique. Construite au milieu des années 60 à partir de plans dessinés par les architectes Alfred Lamontagne et Armand Gravel, le lieu de culte en béton, coiffé d’un toit pyramidal, a obtenu le statut de site patrimonial de la part de la Ville de Saguenay en 2006.

En février 2020, la Ville a demandé à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, d’exclure les terrains nord et sud de l’église de son avis d’intention de façon à ce que de nouveaux bâtiments puissent y être érigés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !