•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour plusieurs, le projet de loi fédéral sur les armes d'assaut ne passe pas

Des armes d'assaut et de poing.

Le projet de loi C-21 permettra aussi aux municipalités d'interdire les armes de poing.

Photo : iStock

Radio-Canada

Tant l'opposition que les groupes opposés aux armes à feu se sont fait entendre après l'annonce, mardi, par le premier ministre Justin Trudeau, du projet de loi C-21. Le caractère facultatif du programme de rachat d'armes d'assaut est notamment la cible de nombreuses critiques.

D'après le gouvernement Trudeau, ce projet de loi, qui aura pour effet de modifier le Code criminel et la Loi sur les armes à feu, permettra de combattre la violence par arme à feu au pays tout en respectant les propriétaires légitimes d'armes à feu.

Les mesures annoncées mardi comprennent un programme, non obligatoire, de rachat des armes d'assaut.

Les propriétaires d’armes qui décideront de conserver leurs armes seront assujettis à des conditions très strictes, entre autres pour leur entreposage. En vertu des nouvelles mesures, ces armes ne pourront pas légalement être utilisées, transportées, vendues, transférées ou léguées au Canada.

Elles vont devenir pour ainsi dire inutiles en tant qu’armes à feu, a déclaré le ministre de la Sécurité publique du Canada, Bill Blair. Selon ce dernier, le plan fédéral constitue la manière la plus efficace de contrôler ces armes.

En mai 2020, quelque 1500 modèles d'armes d'assaut avaient été prohibés par le gouvernement fédéral.

Cependant, aux yeux du chef de l'opposition officielle, le conservateur Erin O'Toole, M. Trudeau trompe la population.

En substance, le chef conservateur soutient que le fait de racheter ces armes aux chasseurs et aux autres Canadiens qui respectent la loi ne résoudra pas le problème des fusillades et de l'activité des gangs criminels dans les grandes villes du pays.

Cette façon de faire passe à côté du véritable problème et divise les Canadiens, affirme Erin O'Toole, qui s'inquiète en outre du coût du programme de rachat prévu par le gouvernement libéral. Le chef conservateur rappelle que deux milliards de dollars avaient été dépensés pour le registre des armes d'épaule, qui a ensuite été démantelé par le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Selon le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, l'aspect non contraignant du programme de rachat des armes d'assaut rend l'exercice inutile à moult égards.

Un programme de rachat facultatif, c'est comme un panneau de vitesse fixé à 100 km/h sur l'autoroute qu'on n'est pas obligé de respecter, affirme le chef bloquiste.

Les villes et les armes de poing

Par ailleurs, le projet de loi C-21, plutôt que d'interdire les armes de poing à l'échelle du pays, promet un appui aux villes qui le feront, en faisant de la violation de futurs règlements municipaux une infraction passible de deux ans de prison et d'une révocation du permis d'arme à feu.

Mais la mairesse de Montréal, Valérie Plante, continue de presser Ottawa d'exercer lui-même un meilleur contrôle sur les armes de poing. Montréal, à l'instar d'autres grandes villes du pays, considère que les municipalités n'ont pas à gérer ce dossier.

En fin de journée, mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, a aussi réagi à ce volet du projet de loi C-21. La première chose qui nous achale, c’est qu’on délègue des pouvoirs aux 1100 municipalités au Québec. Techniquement, il y aurait 1100 règlements différents; ça, je ne comprends pas, a-t-il dit.

M. Legault a ajouté que son gouvernement était prêt à prendre ce pouvoir-là.

Quant au reste du projet de loi, le premier ministre du Québec pense qu'il s'agit sûrement d'un pas dans la bonne direction.

Une trahison

Colère et consternation : ce sont les sentiments que le groupe PolySeSouvient a exprimés par voie de communiqué, mardi, à la suite de l'annonce du gouvernement Trudeau.

Peu importe que les propriétaires d'armes ne soient pas autorisés à les utiliser, dénonce Nathalie Provost, survivante de la tuerie de Polytechnique, au sujet des armes d'assaut. Le fait est qu'ils le peuvent. Et ça n'en prend qu'un seul pour provoquer un massacre.

C'est une trahison totale, affirme Suzanne Laplante-Edward, dont la fille, Anne-Marie, a été assassinée à Polytechnique Montréal en décembre 1989.

Ma famille et moi avons lutté pendant trois décennies pour interdire ces armes. Nous pensions avoir gagné à l'automne 2019 alors que les libéraux ont annoncé en grande pompe qu'ils allaient interdire et racheter toutes ces machines de guerre. Ils ont menti. Ils nous ont menti et ils ont menti aux Canadiens.

Une citation de :Suzanne Laplante-Edward, de PolySeSouvient

Pour sa part, l'Association canadienne des médecins d'urgence (ACMU) se dit déçue des drapeaux rouges dont le gouvernement fédéral affirme se doter pour combattre la violence conjugale, la violence fondée sur le sexe et l'automutilation au moyen d'une arme à feu. Selon l'ACMU, les nouvelles mesures n'ajoutent rien à la loi actuelle, qui permet déjà à toute personne de signaler aux autorités qu'un individu est à risque d'utiliser une arme à feu de manière inappropriée.

L'ACMU dit réclamer depuis 25 ans une législation souple et adaptée qui rendrait obligatoire le signalement d'une personne à risque et le retrait temporaire, par la police, des armes dont disposerait cette personne.

Complètement illusoire

Ça va être un échec total, a pour sa part lancé Guy Morin, président de Tous contre un registre québécois des armes à feu.

C'est complètement illusoire de penser que ces gens-là vont aller chercher leurs permis d'armes [...] avec toutes les exigences qui viennent avec, pour être capables de les garder dans leur coffre-fort et ne jamais s'en servir, a déclaré M. Morin.

De son côté, la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu (CCFR) avait fait savoir, la semaine dernière, qu'elle allait s’opposer à ce que l’on confisque les armes que possèdent en toute légalité les propriétaires d’armes à feu.

Contrer le trafic d'armes

Pour Francis Langlois, membre de la Chaire Raoul-Dandurand et professeur d'histoire à l'Université du Québec à Trois-Rivières, le gouvernement canadien déplaît à tout le monde avec ce projet de loi.

Il déplaît forcément aux propriétaires d’armes à feu, qui ne seront pas contents de ne pas pouvoir utiliser leurs armes [...] et il ne plaît pas, non plus, au lobby en faveur d’un meilleur contrôle des armes à feu, a déclaré le professeur à l'émission Isabelle Richer, sur ICI RDI.

M. Langlois ajoute que ces armes d'assaut, même bien entreposées, pourraient tomber entre de mauvaises mains en étant volées, perdues ou encore utilisées par le crime organisé.

[...] On doit absolument renforcer le contrôle des armes qui traversent la frontière du sud vers le nord et mettre sur pied des escouades spéciales contre ce trafic-là, insiste-t-il.

M. Langlois conclut qu'il faut, au minimum, tenir un registre de toutes les armes saisies, avec leur modèle et leur provenance.

En mai dernier, Statistique Canada avait annoncé son intention de colliger des données sur l’origine des armes à feu utilisées pour commettre des actes de violence.

Plus d'effectifs sur le terrain

Marcel Savard, ex-directeur adjoint à la Sûreté du Québec (SQ), a déclaré à Isabelle Richer qu'il souhaitait le déploiement d'effectifs, en nombre suffisant et spécifiquement voués au contrôle des armes, sur le terrain : Des équipes qui ne font que ça, qui ont la capacité de connaître le milieu, de connaître les armes [parce que] c'est rendu extrêmement complexe [...].

À compter du 22 février, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) disposera d'une nouvelle unité spéciale de 22 agents, l’escouade permanente dédiée à la lutte contre le trafic d’armes (ELTA).

En décembre dernier, Toronto a demandé à son service de police et à la Commission des services policiers de Toronto de se pencher sur le nombre croissant de fusillades et de porter une attention particulière aux fusillades au volant qui se multiplient chaque année.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !