•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme de la santé : des organismes demandent le report des consultations

Les 15 consultations virtuelles prévues en mars et en avril seront publiques.

Deux femmes vêtues en rose tiennent une grande affiche sur laquelle on peut lire «What The Higgs!?»

L'annonce du gouvernement provincial de fermer les urgences de nuit de certains hôpitaux a soulevé les passions. Un rassemblement a notamment eu lieu devant l’Hôpital de l'Enfant-Jésus le 17 février 2020 à Caraquet.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Pascal Raiche-Nogue

Trois organismes francophones demandent au gouvernement de Blaine Higgs de reporter les consultations sur la réforme de la santé.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s'apprête à lancer des consultations sur l’avenir des soins de santé dans la province. La population pourra donner son avis lors de 15 séances virtuelles, du 4 mars au 27 avril.

À quelques jours du lancement de ces consultations, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), Égalité santé en français (ÉSF) et l’Association francophone des aîné.e.s du Nouveau-Brunswick (AFANB) demandent au premier ministre d’appuyer sur pause.

Le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, craint que les gens participent très peu aux consultations en raison de la pandémie. Surtout dans la zone 4 (soit la région d’Edmundston), qui est toujours en phase rouge du plan de rétablissement.

Alexandre Cédric Doucet, président de la SANB en entrevue par vidéoconférence.

Le président de la SANB pense que peu de gens participeront aux consultations en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Si on pose la question aux gens de la zone 4, présentement, je ne pense pas qu’ils ont en tête de participer à des consultations pour changer le système de santé. C’est totalement ridicule. Donc je pense qu’on est capables de remettre ça à un peu plus tard, affirme-t-il.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a dit à la fin janvier que les consultations doivent avoir lieu malgré la pandémie et qu’elles ont déjà été reportées à plus d’une reprise.

Les défis sont là et ils vont demeurer. Notre province n’a pas de vrai plan de santé quinquennal depuis un an, a-t-elle expliqué.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, le 6 janvier 2021.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard (archives).

Photo : Radio-Canada

Les trois organismes francophones demandent aussi au gouvernement de Blaine Higgs de mener le processus publiquement et pas à huis clos.

Ils ne veulent pas que les consultations aient lieu derrière des portes closes, comme celles qui seront bientôt effectuées le cadre de la révision de la Loi sur les langues officielles.

La province n’est pas une compagnie privée. C’est l’argent du public et le public devrait participer à tout et savoir vers quoi on s’en va.

Une citation de :Jacques Verge, secrétaire d'Égalité santé en français

Que ce soit au niveau des municipalités, de la santé ou des langues officielles; le public a le droit de tout savoir, ajoute M. Verge.

Alexandre Cédric Doucet est du même avis. Il craint aussi que le gouvernement mène seulement les consultations pour la forme et qu’il veuille mettre en œuvre la réforme avortée de 2020. Une crainte partagée par le président de l’AFANB, Marcel Larocque.

J’ai l’impression que l’on va faire ça rapidement, qu’on se dépêche et qu’une fois que ça va être écrit, ça va être terminé. J’ai extrêmement peur des conclusions […] Il ne faudrait pas que ce soit un plan futile avec un plan déjà écrit à l’avance, affirme-t-il.

Les consultations seront publiques

Mardi en toute fin de journée, le porte-parole du ministère de la Santé a confirmé à Radio-Canada que les 15 consultations virtuelles prévues en mars et en avril seront bel et bien publiques.

Les médias pourront y assister et la ministre sera à la disposition des médias pour des questions par la suite. Pour ceux qui ne peuvent pas y assister, les sessions seront publiées sur YouTube à une date ultérieure, affirme Bruce Macfarlane.

La ministre et des membres de son équipe seront présents, tout comme des représentants des deux régies, soit le Réseau de santé Horizon et le Réseau de santé Vitalité.

Les discussions seront animées par le PDG du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, Stéphane Robichaud.

Selon Bruce Macfarlane, Stéphane Robichaud parlera des différences dans les expériences de soins de santé entre les communautés et fournira des informations sur la santé de la communauté.

La réforme de la santé : un sujet épineux 

En février 2020, le gouvernement de Blaine Higgs – qui était alors minoritaire à l’Assemblée législative – a annoncé d’importants changements aux soins de santé dans les régions rurales.

Il a notamment décidé de fermer les services d’urgences la nuit dans six hôpitaux ruraux et de consacrer plus de ressources aux services de santé mentale et aux soins de longue durée.

Une importante levée de boucliers a eu lieu dans plusieurs communautés de la province. Le vice-premier ministre et seul député francophone du Parti progressiste-conservateur, Robert Gauvin, a claqué la porte du gouvernement.

Blaine Higgs a fait marche arrière. Il a annulé la réforme pour permettre la tenue de consultations communautaires. Peu après, le Nouveau-Brunswick a été paralysé par la COVID-19 et les consultations n’ont jamais eu lieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !