•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Corbeil espère des assouplissements après la semaine de relâche

7472396C-3492-4630-82F7-5293C72F5979

Pierre Corbeil, maire de Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Marc-Andre Landry

Pierre Corbeil estime que l’amélioration du bilan de la COVID-19 au Québec permet d’espérer un assouplissement des mesures dans les régions les moins touchées.

Le maire de Val-d’Or se réjouit de voir que les mesures semblent porter fruit au Québec et dans la MRC de la Vallée-de-l’Or, où l’on ne comptait plus aucun cas actif, lundi.

Capture d'écran d'une réunion Zoom.

La séance du conseil a eu lieu par visioconférence.

Photo : Ville de Val-d'Or/Facebook

Pierre Corbeil dit toujours croire à la pertinence d’un code de couleurs, mais qu’il est peut-être trop tôt pour un retour à des mesures moins contraignantes.

Quand le premier ministre Legault a créé les zones rouges et orange, il a été transparent en parlant d’un petit déconfinement, rappelle-t-il. On voulait voir ce que ça donnerait et les résultats semblent encourageants avec une réduction importante des cas. À partir de maintenant, je pense qu’on peut espérer qu’une fois la semaine de relâche passée, ça se poursuive et qu’on aille plus loin dans le déconfinement.

Le maire de Val-d’Or estime que la situation qui prévaut présentement dans la MRC Abitibi est un exemple éloquent de l’importance de ne pas baisser la garde.

Ça ne prend pas un grand écart de conduite pour que ça dérape, ajoute-t-il. Tout le monde a hâte de revenir à la normale, mais il ne faudrait pas que cette hâte nous amène à revivre une fermeture comme on a vécu quand nous étions une zone rouge.

Pas de Bleu-Blanc-Bouge cet hiver

Par ailleurs, le maire Corbeil a aussi confirmé lundi qu’il ne sera pas possible de patiner sur la patinoire Bleu-Blanc-Bouge cet hiver.

Les travaux de construction du bâtiment de services ne sont pas encore exécutés, tout comme l’aménagement du terrain autour de la patinoire, qui permettrait d’y faire circuler la surfaceuse.

On n’est pas parti pour l’utiliser cet hiver, reconnaît-il. De toute façon, faire la glace à la mi-mars pour la défaire en avril, je ne suis pas sûr que ça en vaudrait la peine, surtout en contexte de pandémie où on devrait limiter la fréquentation à 25 personnes.

Des travaux sur la toiture devront aussi être exécutés après la fonte de la neige, mais la Ville de Val-d’Or espère rendre le site accessible pour la pratique d’autres activités avant l’ouverture de la glace, l’hiver prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !