•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault déconfine un peu pour la relâche, l'Outaouais passe en zone orange

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
François Legault, Horacio Arruda et Christian Dubé en conférence de presse.

Le reportage d'Hugo Lavallée

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Québec annonce des assouplissements en vue de la semaine de relâche, tout en rappelant que la pandémie de COVID-19 est loin d'être terminée et que les visites à domicile doivent être évitées à tout prix.

En conférence de presse mardi après-midi, le premier ministre François Legault a annoncé une poignée de changements qui entreront en vigueur la semaine prochaine.

Ainsi, l'Outaouais – où moins de 100 cas confirmés de COVID-19 ont été recensés la semaine dernière – passera du rouge à l'orange dès le lundi 22 février, notamment par souci de cohérence avec la situation en vigueur dans l'Est ontarien.

À cette région s'ajouteront celles où les règles sanitaires ont été assouplies le 8 février dernier, soit : le Saguenay–Lac-Saint-Jean, le Bas-Saint-Laurent, l'Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.

On estime qu'à compter de lundi prochain, ce sont un peu moins de 15 % des Québécois qui vivront en zone orange.

Pour faciliter la tâche des parents, une série d'activités à faible risque seront également permises à compter du vendredi 26 février, juste à temps pour la semaine de relâche.

Ainsi, les cinémas pourront rouvrir leurs portes partout sur le territoire québécois, mais à certaines conditions : l'assistance sera limitée à 250 personnes par salle; les cinéphiles devront s'asseoir à deux mètres les uns des autres; le port du couvre-visage sera obligatoire; et il n'y aura aucune vente de nourriture.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrevue : Lorraine Pintal, Vincent Guzzo

La pratique de sports intérieurs individuelle, en duo ou en famille, qui était déjà permise en zone orange, pourra également reprendre en zone rouge. Les patinoires et les piscines pourront donc recommencer à accueillir une partie de leur clientèle.

Enfin, les activités extérieures, qui étaient limitées à quatre personnes en zone rouge, pourront être étendues à huit personnes, soit le même plafond que celui fixé en zone orange il y a deux semaines, lorsque le gouvernement a renoué avec les codes de couleur. Un superviseur ou un animateur pourra également se joindre au groupe.

Encore quelques semaines difficiles devant nous, prévient Legault

Cela dit, l'heure n'est pas encore venue d'espérer un déconfinement majeur, a soutenu M. Legault, et ce, malgré la baisse continue, ces dernières semaines, du nombre de cas d'infections par la COVID-19.

Je comprends que des gens soient tannés, moi aussi je suis très, très tanné, a-t-il admis. Mais on n’a pas le choix de continuer à faire attention.

On a quelques semaines difficiles devant nous. Le printemps s'en vient, mais si on veut un beau printemps, il faut faire attention aux visites dans les maisons pour les quelques prochaines semaines.

François Legault, premier ministre du Québec

Par conséquent, le couvre-feu sera maintenu partout au Québec – à 20 h en zone rouge et à 21 h 30 en zone orange – et les rassemblements privés demeureront interdits.

Demander aux grands-parents de garder leurs petits-enfants durant la semaine de relâche, c'est la dernière chose à faire, a rappelé François Legault mardi, qui a souligné une fois de plus que les personnes âgées de 65 ans et plus sont particulièrement vulnérables à la COVID-19.

Dans ce contexte, le premier ministre demande aux employeurs d'être compréhensifs et d’accommoder, dans la mesure du possible, les employés qui devront s'occuper eux-mêmes de leurs enfants dans la semaine du 1er mars.

Plus de policiers dans les zones touristiques

Pour veiller au respect des consignes, la surveillance sera resserrée dans les lieux de villégiature pendant la semaine de répit scolaire, a averti le premier ministre mardi.

La vice-première ministre Geneviève Guilbault devrait d'ailleurs faire le point sur les opérations policières spéciales prévues pour la relâche dans les prochains jours.

Les policiers du Québec donnent à l'heure actuelle un millier de constats d'infraction par semaine, a indiqué le premier ministre mardi.

Pour l'instant, son gouvernement exclut de mettre en place des barrages routiers pour empêcher les déplacements interrégionaux, même s'ils demeurent fortement déconseillés sur l'ensemble du territoire.

D'ailleurs, la location de chalets pendant la relâche, même si ce n'est pas idéal, ne sera pas interdite, a spécifié M. Legault mardi. Pourvu que ceux-ci soient occupés par une seule famille à la fois, bien entendu.

L’évolution de la COVID-19 au Québec

La perspective d'une explosion possible du nombre de cas reliés à la présence de variants du virus durant la semaine de relâche scolaire a contribué à convaincre le premier ministre de faire preuve d'une grande prudence, a-t-il expliqué.

Au-delà des 16 cas confirmés jusqu'ici, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a fait savoir mardi que le criblage avait permis jusqu'ici d'identifier 86 cas probables d'infection par l'un de ces variants. L'INSPQ devrait d'ailleurs fournir plus de détails sur l'ampleur de cette menace mercredi, a-t-il ajouté.

La disponibilité limitée des doses de vaccin a également poussé le gouvernement à procéder avec parcimonie, a expliqué le premier ministre Legault.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Les règles annoncées mardi seront en vigueur au moins jusqu'au 8 mars, ont fait savoir le premier ministre Legault et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda. Les prochains changements seront annoncés pendant la relâche, probablement le 2 mars, a précisé François Legault.

La semaine dernière, le premier ministre s'était montré inquiet de ce que la semaine de répit scolaire entraîne une nouvelle vague de cas de COVID-19 au Québec.

M. Legault avait notamment évoqué la possibilité d'imposer des barrages routiers interprovinciaux pour éviter que de nombreux Ontariens visitent le Québec dans la semaine du 15 mars, mais son homologue Doug Ford a annoncé entre-temps que la relâche ontarienne serait reportée à celle du 12 avril.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !