•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La passe migratoire de Whitehorse nuirait à la survie des saumons

Une petite fille regarde des poissons dans un bassin vitré.

La passe migratoire de Whitehorse permet aux saumons quinnats de contourner le barrage hydroélectrique et au public de les observer de près.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

La passe migratoire de Whitehorse est incontestablement l’une des attractions touristiques les plus importantes de la capitale, mais si l’endroit favorise l’éducation du public à la vie exceptionnelle de l’espèce, celle-ci s’en trouverait par le fait même menacée.

La structure de bois, la plus longue du genre au monde, selon Énergie Yukon, vise à permettre aux saumons de contourner le barrage hydroélectrique de Whitehorse de façon à remonter le fleuve Yukon jusqu’aux aires de reproduction.

Le chercheur au doctorat de l’Université Carleton, William Twardek, a toutefois conclu dans sa plus récente recherche que seule une fraction des saumons arrivait à franchir cette étape.

Ces saumons effectuent une migration de 3000 km et juste avant de terminer, ils doivent encore accomplir cet immense défi que de passer le barrage hydroélectrique [...] c’est comme courir un marathon puis devoir grimper un sommet.

Une citation de :William Twardek, chercheur, Université Carleton

L’étude du chercheur a muni 36 saumons de petits émetteurs de géolocalisation en aval du barrage, une technique qui cause un stress sur les spécimens, admet le chercheur.

Une femme manipule un saumon en 2017

Tous les matins durant la saison de la migration, la passe migratoire de Whitehorse permet aux spécialistes de compter le nombre de mâles et de femelles qui traversent la structure.

Photo : Elizabeth Macdonald

De façon générale, dit-il, les saumons de son étude ont réussi à atteindre le bassin d'observation publique de la passe migratoire. Mais cette enceinte n’est exploitée qu'en journée.

Le soir, les saumons qui atteignent le bassin sont bloqués par une porte qui les empêche de remonter le fleuve. Nous avons trouvé que certains saumons y passaient plusieurs heures à chercher l’embouchure et ne la trouvant pas finissaient par retourner en aval et ne pas traverser le barrage.

Le chercheur croit ainsi qu’un changement simple qui ne nécessite pas de grands investissements serait de laisser les saumons traverser de nuit comme de jour.

Des conclusions similaires ailleurs

Dans un courriel, le gestionnaire des Traités et pêches du fleuve Yukon pour Pêches et Océans Canada, Streve Smith, affirme que son équipe étudie depuis cinq ans l’arrivée de saumons dans les différents bassins versants du Yukon et du nord de la Colombie-Britannique.

Dernièrement, ces études ont ajouté l’utilisation de caméras pour calculer le passage de saumons jour et nuit.

Avec l’ajout de compteurs par vidéo, nous avons remarqué qu’un certain nombre de saumons y passent la nuit ou tôt le matin. Ces appareils ont ainsi permis un passage plus naturel.

Gros plan de la tête d'un saumon dans un bassin d'observation.

Parti du détroit de Bering, le saumon quinnat du fleuve Yukon atteint la passe migratoire de Whitehorse à la fin de ses 3000 km de migration, la plus longue au monde.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Un facteur parmi d’autres

Le président du sous-comité sur le saumon du Yukon, Al Von Finster, croit toutefois qu’il y a de nombreux facteurs sur lesquels se pencher au barrage hydroélectrique.

Le barrage existe depuis 60 ans et est passé d’une à quatre turbines pendant cette période. Jusqu’à tout récemment, le saumon semblait se porter pas trop mal, mais plusieurs choses pourraient les avoir affectés.

Une citation de :Al Von Finster, président du sous-comité sur le saumon du Yukon

Le président pense entre autres au niveau d’eau particulièrement élevé de la dernière année qui a forcé le barrage à délester le surplus d’eau, éliminant du coup des dunes de reproduction, dit-il.

Des saumons dans un bassin.

Le saumon quinnat est la seule espèce de saumon à atteindre Whitehorse sur le fleuve Yukon, photographié ici à la passe migratoire du barrage hydroélectrique.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Ensuite, il est connu, poursuit-il, que les turbines du barrage tuent bon nombre de saumons juvéniles. Et puis une récente modification à la passe à saumons permet aux mouettes de se nourrir de juvéniles.

Il se passe beaucoup de choses au barrage, ajoute Al Von Finster. Il faudra se pencher sur plusieurs morceaux de l'équation pour améliorer le barrage pour les saumons.

Al Von Finster admet que les partis sont nombreux dans la gestion du saumon du fleuve Yukon et il n’est pas certain qui devra initier la conversation, sinon peut-être, dans le cadre du renouvellement du permis d’exploitation du barrage d’Énergie Yukon.

Avec les informations d'Elyn Jones et Philippe Morin

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !