•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka dénonce des coupes forestières envisagées

La rivière est entourée d'arbres et de montagnes.

La rivière Péribonka.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka (CSRP) déplore la poursuite de la consultation publique en vue d'autoriser des coupes forestières dans ce secteur au nord du lac Saint-Jean.

Après avoir récemment écarté le projet de création d'une aire protégée de 236 km2 de la rivière Péribonka, voilà que le gouvernement Legault prévoit autoriser des coupes forestières dans certains secteurs.

La Consultation publique (Nouvelle fenêtre) sur les plans d’aménagement forestier intégré opérationnels du Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui inclut ce secteur, a cours depuis le 10 février et se poursuivra jusqu'au 6 mars.

La poursuite du processus a fait réagir le CSRP, qui revendique la création de cette aire depuis 10 ans.

On a réagi avec beaucoup de colère parce que ça fait 10 ans que nous travaillions à protéger la rivière Péribonka. Actuellement, on peut voir des panoramas qui ne sont pas perturbés par l'intervention humaine puis une fois que la coupe forestière va être faite, ça va changer du tout au tout parce que la coupe forestière est vraiment prévue dans le couloir visuel, a dit la porte-parole du CSRP, Ève Tremblay.

Le comité espère que le gouvernement fasse marche arrière et considère à nouveau la possibilité de donner le statut d'aire protégée à la rivière.

Le projet de la rivière Péribonka n'avait pas été retenu lorsque Québec a annoncé, en décembre, la liste des aires protégées lui permettant d'atteindre la cible fixée de 17 % du territoire. Même chose pour le secteur du Lac-Kénogami, où un groupe de riverains réclament ce statut depuis une quinzaine d'années. Dans un reportage diffusé par Radio-Canada le 3 janvier, quelques jours après la publication de la liste du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP), l'Association pour la protection du lac Kénogami (APLK) avait d'ailleurs fortement réagi à l'exclusion du secteur.

Une carte.

Les secteurs en rose, situés le long de la rivière Péribonka, sont maintenant visés pour devenir des lieux de coupes forestières. Cette carte est accessible sur le site Internet du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Photo : Capture d'écran

Tourisme

L'industrie touristique régionale reconnaît quant à elle le haut potentiel du secteur, notamment pour renforcer sa position sur l'échiquier international. La qualité visuelle exceptionnelle des paysages est notamment comparée à celle que l'on retrouve dans le fjord du Saguenay.

Le potentiel visuel, la qualité des paysages, la qualité des sites écologiques doivent être préservés, doivent faire l'objet d'un statut particulier pour valoriser le potentiel touristique du territoire.

Une citation de :Virginie Brisson, cheffe de la division tourisme, Corporation d'innovation et développement Alma-Lac-Saint-Jean-Est

La MRC Lac-Saint-Jean-Est s'est prononcée en 2018 par voie de résolution pour la protection d'un corridor visuel, c'est-à-dire garder intact ce qui se trouve aux abords de la rivière, sans toutefois se montrer en faveur de la création d'une aire protégée. Encore aujourd'hui, cette vision demeure.

Les gens de la forêt disent: "Nous, ça va nous enlever de la possibilité forestière." Les gens du tourisme disent : "Nous on veut mettre en valeur le corridor." Est-ce que les retombées économiques au niveau touristique vont compenser les pertes au niveau forestier? Et le ministère se cache où là-dedans? Il faut que tout le monde soit ensemble pour en parler et ça n'a pas été fait. C'est ce que nous demandions dans notre résolution et on pèse encore sur le bouton. Moi, je souhaite qu'il y ait une rencontre de concertation de tous les intervenants, a noté le préfet André Paradis.

Le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka invite la population à participer massivement à la consultation publique en se rendant sur le site du MFFP.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !