•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un agent impliqué dans un incident qui entraîne la mort d’un détenu autochtone

Le centre correctionnel de Headingley au Manitoba.

Le centre correctionnel d'Headingley, au Manitoba

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Un détenu autochtone de l'établissement correctionnel d'Headingley, au Manitoba, est mort après un incident impliquant un agent correctionnel.

Le 8 février, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d'Headingley a indiqué par communiqué que le Groupe des crimes majeurs de la GRC menait une enquête sur un détenu blessé à l’établissement correctionnel d’Headingley.

La GRC ajoute dans ce communiqué avoir reçu un appel le 7 février, peu avant 19 h, concernant un homme inconscient à la suite d’un incident impliquant un agent des services correctionnels de l’établissement.

L'homme de 45 ans a subi des blessures graves et a été transporté à l’hôpital, où l’on craignait pour sa vie, selon la police.

Un communiqué de la Première Nation Sagkeeng confirme que le détenu, William Walter Ahmo, âgé de 45 ans, est un membre de la communauté.

La Première Nation indique que William Walter Ahmo est mort dimanche soir. Il était traité aux soins intensifs du Centre des sciences de la santé et placé sous haute surveillance par des agents correctionnels.

Le gouvernement de la Première Nation Sagkeeng s’engage à appuyer la famille de William, maintenant, au moment où elle vit un deuil terrible, et par la suite, pour assurer que tous les faits entourant cette affaire soient rendus publics et que justice soit faite, affirme le chef Derrick Henderson dans une déclaration écrite.

Le 8 février, la GRC cherchait toujours à comprendre la nature de l’incident et ajoutait que d'autres informations seront fournies dès que possible.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !