•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : un appareil portable qui bipe quand on approche trop près d’un collègue

Une personne tient entre ses mains un petit appareil de couleur orange.

L'appareil conçu par ZeroKey émet des signaux sonores et lumineux quand deux collègues sont trop près l'un de l'autre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une entreprise de Calgary a créé un outil pour aider à éviter les contacts rapprochés entre travailleurs. L’appareil portable émet des sons aigus, des bourdonnements et des signaux lumineux quand des collègues sont trop près l’un de l’autre.

ZeroKey a imaginé ce produit pour contribuer à diminuer les risques de transmission du coronavirus, explique le cofondateur et président-directeur général de l’entreprise, Matt Lowe.

L'appareil ressemble à un badge de plastique. On peut le porter sur le poignet ou le fixer à la poche de sa chemise ou à sa ceinture.

C’est un produit qui situe les objets dans un espace à trois dimensions, et ce dont nous sommes particulièrement fiers, c'est qu’il le fait avec une grande précision, de façon plus précise que n’importe quel autre produit dans le monde, affirme-t-il.

La technologie employée permet ainsi de mesurer la distance entre deux appareils au 1,5 mm près. La distance appropriée entre deux appareils peut aussi être réglée. Si, par exemple, la science déterminait qu’il est plus sécuritaire de maintenir une distance de trois mètres entre deux personnes plutôt que les deux mètres recommandés, l'appareil pourrait être ajusté.

Selon Matt Lowe, ZeroKey a connu de débuts modestes. Son partenaire et lui occupaient un bureau dans sa maison quand ils l’ont mis sur pied. ZeroKey a maintenant une trentaine d’employés et est sur le point d’en embaucher encore plus.

Ce sont des clients du secteur industriel qui lui ont demandé s’il pouvait mettre au point un système permettant de tracer les contacts du personnel et de les prévenir s’ils approchent trop près d’un collègue.

Et j’ai dit : absolument! C’est en fait plus simple que ce que nous faisons d’habitude! lance-t-il.

En plus d’aviser les travailleurs qu’ils sont trop près l’un de l’autre, l’appareil retrace aussi leurs contacts pour qu’il soit facile d’avertir les personnes qui doivent se placer en quarantaine dans l’éventualité d’un cas positif à la COVID-19.

La technologie prend en compte la vie privée des gens en assurant que le dispositif n'a accès qu’à un numéro pour identifier les employés. Les informations sont anonymes et les emplacements ne sont pas enregistrés.

Un bon traçage de contacts permet d’éviter des contaminations supplémentaires, rappelle Matt Lowe. Offrir aux entreprises un produit qui le fait de façon automatique leur permet de protéger leurs employés.

C’est un produit idéal pour les usines de transformation de viande, note-t-il. Ce secteur a en effet dû faire face à certaines des éclosions de cas les plus importantes en Amérique depuis le début de la pandémie.

Matt Lowe dit qu’il a vendu des dizaines de milliers d’appareils dans huit pays, et la demande continue d'augmenter. Chaque appareil coûte 60 $, plus des frais de 2,50 $ pour le service de traçage de contacts.

Néanmoins, l'entrepreneur ne s'attend pas à devoir soutenir ce rythme de vente à long terme. Je préférerais revenir à nos affaires habituelles, dit-il. Nous sommes dans le camp de ceux qui veulent que le vaccin arrive plus tôt que tard!

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !