•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bactérie de la flore vaginale identifiée par le CHU de Québec

Un gros plan sur un échantillon de bactérie manipulé par un chercheur dans un laboratoire.

C’est au cours d’une étude clinique sur la flore vaginale des femmes que les chercheurs ont réussi à isoler la bactérie pour la première fois.

Photo : Getty Images / Douglas Magno

Des chercheurs du Centre de recherche du CHU de Québec ont documenté pour une première fois la bactérie Criibacterium bergeronii, présente dans la flore vaginale des femmes.

L'étude du centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, qui permet de décrire avec précision et de classifier la bactérie [...], a été publiée dans l’International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology (IJSEM), une revue scientifique qui permet d’officialiser les noms des nouvelles bactéries, selon le CHU.

Le projet, dirigé par le docteur Maurice Boissinot et Rabeea Omar, confirme que Criibacterium bergeronii représente est un nouveau genre et une nouvelle espèce de bactérie qui habite le corps humain.

Flore vaginale

C’est au cours d’une étude clinique sur la flore vaginale des femmes que les chercheurs ont réussi à isoler la bactérie pour la première fois.

Nous avons rapidement su que nous étions en présence d’une bactérie jusqu’alors inconnue, précise Rabeea Omar.

Cette découverte contribuera à déterminer si la bactérie a un pouvoir pathogène ou s’il s’agit simplement d’un membre inoffensif de la flore normale du corps humain.

Difficile à isoler

Le défi a été de taille pour isoler cette bactérie.

Comme il s’agit de bactéries anaérobies, c’est-à-dire qui se développent en l’absence d’oxygène, elles sont plus difficiles à cultiver, mais l’équipe a réussi à contourner ce problème grâce aux infrastructures de pointe du Centre de recherche, précise le CHU de Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !