•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada et ses alliés proposent une déclaration contre les détentions arbitraires

Le ministre des Transports, Marc Garneau.

M. Garneau n'a pas voulu nommer de pays en particulier, et a affirmé que la nouvelle déclaration n'est pas liée à un pays.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Le Canada a créé une coalition avec 57 autres pays pour appuyer une nouvelle déclaration internationale qui dénonce la détention arbitraire de ressortissants étrangers à des fins politiques.

Le Canada a demandé un soutien mondial pour libérer Michael Kovrig et Michael Spavor, qui passent lundi leur 798e jour dans des prisons chinoises.

J'ai été inspiré par ce que je considérais comme étant le sort de tous ceux qui ont été arbitrairement détenus dans le monde et par le désir de faire quelque chose de tangible, a déclaré M. Champagne en entrevue.

Bien que la priorité absolue du Canada reste de mettre fin à l'emprisonnement de MM. Kovrig et Spavor, la nouvelle déclaration se veut une large dénonciation visant à mettre fin à la pratique coercitive dans de nombreux pays, comme la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

C'est correct pour deux pays d'avoir des divergences d'opinions. Mais il est totalement inacceptable que des citoyens de notre pays qui se rendent dans un autre pays pour le visiter ou y travailler doivent vivre dans la peur de devenir une monnaie d'échange, a indiqué le nouveau ministre des Affaires étrangères Marc Garneau en entrevue.

La Chine dénonce vertement

Le gouvernement chinois, par la voix de son ambassade à Ottawa, n'a pas tardé à réagir à l'annonce du gouvernement canadien, lundi.

Ottawa s'est délibérément arrangé pour que quelqu'un de Human Rights Watch accuse la Chine de "détention arbitraire" de Michael Kovrig et Michael Spavor [...], ce qui est entièrement faux et mal intentionné, peut-on ainsi lire dans une déclaration publiée sous forme de questions et réponses sur le site web de l'ambassade.

Le pouvoir chinois dit ainsi exprimer son mécontentement marqué et sa vive opposition à ce sujet, et a transmis ses plaintes au gouvernement canadien.

Mettre fin à la pratique

M. Garneau n'a pas voulu nommer de pays en particulier, et a affirmé que la nouvelle déclaration n'est pas liée à un pays en particulier. Il a déclaré qu'il souhaitait recruter plus de pays signataires dans le but de mettre fin à la pratique partout et de décourager d'autres pays de l'accepter.

C'est bien d'avoir des relations diplomatiques. Et c'est correct d'avoir des divergences d'opinions. Mais [la détention arbitraire] n'est pas acceptable. C'est illégal. Cela ne respecte pas les droits de l'homme. Il est inacceptable de pratiquer la détention arbitraire quand nous sentons que les choses ne vont pas dans notre sens, a déclaré M. Garneau.

M. Kovrig, ancien diplomate canadien travaillant pour l'International Crisis Group, et M. Spavor, entrepreneur spécialisé dans les échanges avec la Corée du Nord, ont été arrêtés par les autorités chinoises neuf jours après que la GRC eut arrêté la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, à l'aéroport de Vancouver, en décembre 2018.

La GRC agissait en vertu d'un mandat d'extradition américain selon lequel elle avait commis une fraude pour violer les sanctions contre l'Iran.

Le Canada et ses alliés considèrent que les accusations de menace à la sécurité nationale portées par la Chine contre M. Kovrig et M. Spavor sont fausses. Ils ont dénoncé les détentions qu'ils qualifient d'arbitraires et ont réclamé la libération des deux hommes - des demandes qui n'ont pas eu d'échos à Pékin.

Le Canada et ses principaux alliés du G7, le réseau d'échange de renseignements Five Eyes et des pays de tous les continents appuient la nouvelle déclaration, qui n'est pas contraignante.

La nouvelle déclaration – appelée Déclaration contre la détention arbitraire dans les relations d'État à État – vise à stigmatiser la détention arbitraire dans le même esprit que le Traité d'Ottawa pour interdire les mines antipersonnel.

C'est quelque chose qui vise à faire pression sur les pays qui pratiquent la détention arbitraire, a expliqué M. Garneau.

D'après M. Champagne, la déclaration s'inspire également de l'article 5 de l'OTAN, qui stipule qu'une attaque contre l'un de ses membres constitue une attaque contre les 30 pays membres.

Le concept sous-jacent est que si vous deviez prendre l'un de nos citoyens, nous nous réunirons de façon volontaire pour nous assurer que ces enjeux ne restent pas bilatéraux.

M. Champagne, aujourd'hui ministre de l'Industrie, s'est joint à M. Garneau et aux ministres des Affaires étrangères de dizaines de pays lors d'une téléconférence de trois heures lundi matin pour lancer la nouvelle initiative et discuter de ses implications.

Un sursaut d’angoisse planétaire 

En entrevue à Radio-Canada, Ferry de Kerckhove, ancien ambassadeur du Canada et professeur à l'École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa, salue l’initiative de M. Garneau et de M. Champagne qu’il qualifie de noble.

Selon lui, cette déclaration représente un sursaut d’angoisse planétaire des pays démocratiques qui constatent le recul de la démocratie.

Il note toutefois une distinction entre une déclaration et une convention. Généralement, ces grandes déclarations ne reçoivent pas beaucoup d’écho dans les pays où on veut que ça change, déplore-t-il.

Si une convention demande des engagements fermes, il doute que cette déclaration ait la moindre influence sur la Chine. Bien au contraire, on a déjà vu une réaction chinoise dénonçant cette tentative d’ingérence additionnelle, note-t-il.

Il espère toutefois que celle-ci n’influera pas sur le sort de Michael Kovrig et de Michael Spavor, dont la libération, selon lui, ne peut que venir d’une négociation avec les États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !