•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour des droits de sortie en centre adapté réjouit des parents de Beauce

Une jeune femme donne une étreinte à son père, de dos.

Émilie et son père, François Veilleux

Photo : France Veilleux

Après avoir lancé un cri du coeur, des parents de Beauce poussent un soupir de soulagement. Leur fille Émilie, qui habite dans un centre adapté de Saint-Georges, peut finalement passer du temps au foyer familial.

Le gouvernement Legault a annoncé des assouplissements pour les ressources intermédiaires, y compris les centres adaptés de la province, la semaine dernière. Les résidents qui répondent à certains critères peuvent regagner leur droit de sortie.

Ce soir, c’est le grand soir, c’est le retour à la maison après deux mois. La sauce à spag est au four, on l’attend pour le souper avec sa crème glacée préférée. C’est vraiment un grand moment pour nous de pouvoir l’amener à la maison, souligne sa mère, France Veilleux, émue. Ce cadeau arrive d'ailleurs juste à temps pour la Saint-Valentin.

Hébergée depuis 15 ans dans une ressource intermédiaire, Émilie passait normalement tous les dimanches avec ses parents. Mais le confinement obligatoire a bousculé le quotidien de cette jeune femme qui vit avec un important handicap intellectuel.

C’était vraiment difficile ces dernières semaines, beaucoup de pleurs, beaucoup d’angoisses, beaucoup d’inquiétudes, et enfin c’est terminé, se réjouit sa mère. La bonne nouvelle est tombée il y a quelques jours à peine.

« C’est la fête au village pour nous, il n’y a rien de plus beau que ça. Enfin on va la retrouver, on a tellement hâte, ça ne s’explique pas. »

— Une citation de  France Veilleux, mère d’Émilie

Pour combien de temps?

Depuis le début de la pandémie, les directives ont déjà changé à deux reprises. Ce qu’on nous a dit au CRDI [Centre de réadaptation en déficience intellectuelle] c’est qu’on retrouvait nos droits de sortie comme avant les Fêtes [...] mais que les choses pouvaient changer, comme on le voit avec le gouvernement, souligne-t-elle.

Son père, François Veilleux, espère que cette fois les visites sont là pour rester. Tout en espérant que ça reste comme ça pour un certain temps, que ça ne recule pas en arrière encore une fois, ajoute-t-il.

Le couple souhaite que d’autres familles aient la même chance qu’eux. Parce que nous, on est heureux de la voir ce soir, mais j'espère qu'on n'est pas les seuls, souligne Mme Veilleux.

Directive ministérielle

Les congés temporaires dans la communauté sont non-recommandés. Ce qui est recommandé est le maintien du lien social par des moyens alternatifs. Par contre, elles peuvent être permises, en situation exceptionnelle pour préserver l’intégrité et la santé de la personne :

  • si c'est jugé essentiel pour l’usager;

  • dans une zone de même niveau d’alerte; 

  • chez des personnes significatives (ex. : famille, conjoint); 

  • privilégier les sorties plus longues et réduire la fréquence des sorties. 

  • et selon une évaluation du risque en concertation entre l’équipe clinique de l’usager et la PCI de l’établissement. 

  • s’assurer que le résident est en mesure de suivre les conditions d’isolement au retour, le cas échéant.

Source : CISSS de Chaudière-Appalaches

Avec les informations de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !