•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attendez-vous à payer plus cher vos travaux de rénovation et de construction

Un homme et une femme étudient des plans dans une maison qui semble en construction.

Selon un sondage mené par lAQMAT, 66 % des personnes interrogées ont annoncé vouloir faire des travaux ou les confier à un entrepreneur.

Photo : Getty Images / Vladimir Vladimirov

À défaut de pouvoir sortir au cinéma ou dans un bar, les Québécois ont trouvé un autre passe-temps pour s’occuper : ils se lancent dans les rénovations ou la construction. Le problème est qu'ils sont tellement nombreux à prendre perceuse et scie que l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT) s’attend à une flambée des prix. C’est sans compter que la production ne suit pas forcément le rythme.

Alors qu’au début de la pandémie, seulement un Québécois sur deux était tenté de se lancer dans des travaux de construction ou de rénovation, leur nombre a largement augmenté en ce début d’année 2021.

Ainsi, 66 % des personnes interrogées à l'occasion d'un sondage commandé par l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT) ont annoncé vouloir faire des travaux ou les confier à un entrepreneur.

On dit aux quincailliers et aux fournisseurs qu’ils auront un printemps sous grande pression, explique Richard Darveau, président et chef de la direction de l'AQMAT, lors d’une entrevue à RDI Matin.

Une maison en chantier sous la neige.

Selon le sondage de l’AQMAT, plus de deux répondants sur cinq (42 %) affirment que le coût des matériaux de construction a augmenté de 20 % depuis mars 2020.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

C’est sans compter la volonté des différents gouvernements, tant municipal que provincial et fédéral, de tenter de relancer l’économie à coup de grands chantiers.

Hausse des prix

Cet engouement met donc une certaine pression sur les prix des différents matériaux requis pour refaire sa salle de bains ou sa cuisine.

Toutefois, il ne faut pas oublier que les honoraires vont représenter une bonne partie de la facture et les matériaux vont représenter 10 % de plus sur la facture générale, indique M. Darveau.

François Roberge, un entrepreneur en construction, affirme qu’il n’aura pas le choix de [se] réajuster pour arriver à un profit raisonnable.

Un homme pose à côté de son camion.

François Roberge, un entrepreneur en construction, précise qu’il n’aura « pas le choix de [se] réajuster pour arriver à un profit raisonnable ».

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Les entrepreneurs craignent en effet que les prix des matériaux deviennent trop élevés et que le budget des clients s'en trouve dépassé.

Pour tenter de maintenir un niveau correct de prix de ses prestations. M. Roberge confie avoir acheté d’avance du matériel pour 12 maisons au prix de la semaine passée.

Félix Frégeau, qui est lui aussi entrepreneur en construction, estime de son côté une augmentation globale de 10 à 20 % des coûts de construction.

Selon le sondage de l’AQMAT, plus de deux répondants sur cinq (42 %) affirment que le coût des matériaux de construction a augmenté de 20 % depuis mars 2020. Il y a donc fort à parier que les maisons neuves coûteront de plus en plus cher.

Par ailleurs, les frais de transport ont aussi augmenté de 200 %, voire 300 % d’après M. Darveau. Ce n’est pas toujours évident de répercuter ces hausses de prix sur la facture finale, dit-il.

Les affaires seront bonnes en volume, mais les marges seront petites pour payer les frais d’opération.

Une citation de :Richard Darveau, président et chef de la direction de l'AQMAT

Production au ralenti

Dans un autre sondage, lui aussi réalisé par l’AQMAT, aucun des 72 manufacturiers interrogés n’a pu dire qu’il fonctionne à plein régime. La plupart d'entre eux étaient à 50 % de leur capacité.

Les mesures sanitaires ralentissent aussi la production, ajoute M. Darveau.

L'intérieur d'une quincaillerie.

Les quincailleries réussissent à tirer leur épingle du jeu malgré la pandémie, en profitant d'une forte demande.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Quant aux importations, elles se retrouvent elles aussi ralenties à cause de la pandémie, notamment celles venues d’Asie.

Les matériaux les plus touchés par les problèmes d’approvisionnement sont, d’après le sondage de l’AQMAT, les portes et les fenêtres ainsi que le bois d’œuvre.

La production va-t-elle donc réussir à suivre? M. Darveau rappelle que certains secteurs sont sous le coup de quotas à ne pas dépasser. D’autres subissent encore et toujours la pénurie de main-d’œuvre.

Plus tôt ce mois-ci, l’Association de la construction du Québec (ACQ) avait d’ailleurs demandé au gouvernement Legault d’adopter des mesures exceptionnelles pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans l’industrie de la construction.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !