•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Concours de 100 M$ américains d'Elon Musk : une motivation pour la recherche

Un forage pétrolier et l'usine de captage et de stockage de carbone Boundary Dam.

Les projets qui gagneront le financement à l'issue du concours de capture de carbone seront évalués sur la base de facteurs tels que la quantité de CO2 éliminée, l'efficacité énergétique et la durée de stockage du dioxyde de carbone.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un chercheur de l’Université de Regina salue la volonté du cofondateur de Tesla et PDG de SpaceX, Elon Musk, d’investir dans la recherche et la mise au point de technologies de réduction des émissions de carbone.

Elon Musk a annoncé que sa fondation caritative et lui consacreront 100 millions de dollars (M$) américains (environ 127 millions de dollars canadiens) à un concours qui soutiendra la meilleure technologie de capture de carbone. Le financement permettra aux chercheurs de créer des projets pour extraire le dioxyde de carbone (CO2) de l'air ou de l'océan.

Le professeur d'ingénierie à l'Université de Regina et titulaire de la chaire de recherche sur l'énergie propre SaskPower, Raphael Idem, s'est dit surpris mais heureux qu’Elon Musk s'intéresse à ce genre de questions.

Venant d’Élon Musk, qui ne fait pas partie du gouvernement et qui relève le défi, il y a beaucoup de motivation pour beaucoup de gens à s'engager dans ce domaine, indique M. Idem.

Une partie de cette motivation est de gagner la compétition. Mais en faisant cela, vous serez également en mesure de trouver de nouvelles idées, de nouvelles technologies. C'est donc une très bonne chose.

Selon le chercheur, il y a peu de financement accordé à la recherche sur l'énergie propre et tous les gouvernements ne sont pas également dévoués à ce domaine de recherche.

Lundi, l'association à but non lucratif XPrize, qui organise le concours de capture de carbone, a annoncé que l'inscription serait ouverte le 22 avril, qui coïncide avec le Jour de la Terre, et que le concours se déroulerait pendant quatre ans.

Les projets seront évalués sur la base de facteurs tels que la quantité de CO2 éliminée, l'efficacité énergétique et la durée de stockage du dioxyde de carbone.

Au bout de 18 mois, les 15 meilleures équipes recevront 1 M$ de financement, et 25 bourses d'études de 200 000 $ chacune seront attribuées aux équipes d'étudiants.

Ensuite, le grand gagnant recevra 50 M$ américains, et les deuxièmes auront respectivement 20 M$ et 10 M$.

Le captage du CO2 : passage obligé vers l'énergie propre?

Raphael Idem considère le captage du carbone, à savoir le processus d'élimination des particules nocives de dioxyde de carbone de l'atmosphère, comme une étape vers une énergie propre.

Il serait trop coûteux de mettre complètement fin à l'utilisation des combustibles fossiles, et les sources d'énergie renouvelables et durables telles que le vent et le soleil ne sont pas fiables, a-t-il déclaré.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), l'organe scientifique des Nations unies sur le changement climatique, a également déclaré que la capture du carbone est nécessaire pour limiter le réchauffement climatique.

Selon le GIEC, il existe deux principaux types de captage de carbone. L'un consiste à renforcer les processus naturels d'élimination du carbone, comme la plantation d'arbres, qui convertissent le CO2 en oxygène par photosynthèse. L'autre permet de capturer le carbone dans l'air et de le stocker ailleurs.

Le captage de carbone en Saskatchewan

Le concours XPrize se concentre sur le captage de carbone, et il existe un exemple fonctionnel de ce type de système près d'Estevan, en Saskatchewan, à environ 190 kilomètres au sud-est de Regina.

La centrale électrique Boundary Dam de SaskPower, une centrale au charbon, utilise la technologie du captage et stockage de carbone depuis 2014. Elle avait capturé plus de 3,8 millions de tonnes de carbone en décembre 2020, selon un article du blogue de SaskPower.

Le CO2 émis par la combustion du charbon au barrage est filtré à sa sortie de la cheminée, puis absorbé par un solvant, ou solution.

Le carbone est ensuite stocké dans le champ pétrolier de Weyburn, soit dans un grand réservoir d'eau en grès (une roche sédimentaire) situé à 3,4 kilomètres sous terre.

Fin janvier, un gazouillis d’Elon Musk annonçant le prix, avait attiré les regards d’internautes en direction du sud-est de la Saskatchewan, en raison de la présence d'installations de capture et stockage de carbone qui se trouvent dans la région.

Avec les informations de Nicholas Frew

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !