•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canada's Wonderland sera un site de vaccination de masse

La façade du parc d'attractions

Le stationnement du parc d'attractions sera transformé en clinique de vaccination au volant.

Photo : offerte par Canada's Wonderland

CBC News

Canada's Wonderland, le plus grand parc d'attractions au pays, servira de site de vaccination contre la COVID-19 dans la région de York, au nord de Toronto.

Les responsables locaux de la santé publique se préparent aux campagnes de vaccination de masse qui devraient débuter ce printemps.

Il est prévu de transformer les grands stationnements du parc d'attractions en site de vaccination au volant qui pourra accueillir huit voies de circulation tout en utilisant ses guichets d'entrée existants.

Cathy Jaynes, responsable de l'approvisionnement logistique pour la santé publique de la région de York, indique que le site devrait être opérationnel en avril et mai et que la direction du parc est également ouverte à l’idée que ce site soit utilisé au-delà de cette période.

Ils ont été plus que généreux, a déclaré Mme Jaynes dans une entrevue à la CBC de Toronto.

Les responsables prévoient également une station de radio FM locale sur le site de Wonderland pour diffuser des instructions aux conducteurs. Après avoir reçu le vaccin, les patients devront se rendre en voiture dans une autre zone du site et attendre au moins 15 minutes avant de recevoir les documents nécessaires et être autorisés à partir, selon le service de santé publique de la région de York.

Canada's Wonderland est actuellement fermé. La direction prévoit de rouvrir le parc d’attractions le 14 mai si les règles sanitaires le permettent. Selon Mme Jaynes, il est possible que le parc d’attractions soit ouvert au public tout en accueillant une clinique de vaccination.

SoccerCity aussi

La région de York exploitera également un deuxième site de vaccination de masse au volant sur le terrain de la foire de Markham. De plus, elle est en pourparlers pour utiliser les installations sportives de SoccerCity à Whitchurch-Stouffville.

Mme Jaynes indique que la région a mis au point un plan de distribution flexible qui comprend des sites de vaccination fixes, mobiles et au volant.

Nous voulons offrir autant de flexibilité que possible à nos résidents, dit-elle. 

La région étant composée de résidents urbains, de banlieues et de régions rurales, les sites de vaccination au volant, en particulier, sont considérés comme des atouts précieux dans le plan de distribution.

C'est souvent une option préférée, plutôt que de laisser sa voiture et de venir dans une clinique, a déclaré Mme Jaynes.

Les autorités locales de santé publique de tout le Canada sont maintenant chargées de déterminer la logistique de la vaccination de leurs résidents. Selon la taille de la communauté, cela pourrait signifier des plans pour quelques centaines ou quelques millions de personnes.

La région de York a modernisé quatre bus de transport en commun pour livrer des vaccins. Ils sont équipés de congélateurs pour stocker les doses. Les cliniques mobiles de vaccination atteindront les populations rurales, comme les travailleurs agricoles.

Des approches variées

Selon le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses basé à Toronto et membre du groupe de travail sur les vaccins de l'Ontario, les sites de service au volant sont une idée fantastique.

Le Dr Bogoch ajoute que d'autres pays, comme Israël, ont connu beaucoup de succès avec les services au volant. Mais il ajoute que chaque communauté aura des besoins différents en termes de géographie et de population.

Je pense que nous devrions être ouverts à toutes les méthodes, tant que cela peut être fait de manière sûre et efficace, a déclaré le Dr Bogoch dans une entrevue à CBC News.

Toutes les unités sanitaires locales ont soumis leurs plans de distribution de vaccins aux autorités sanitaires provinciales.

Une approche en trois étapes

Le programme de vaccination COVID-19 de l'Ontario comporte trois phases. La première, qui est actuellement en cours, consiste à vacciner la population à haut risque, notamment les résidents des établissements de soins de longue durée, les soignants, les travailleurs de la santé et les adultes des communautés des Premières Nations.

La deuxième étape, qui doit débuter en mars, verra le début d'une campagne de vaccination de masse qui nécessitera le type de planification et d'infrastructure que les unités de santé publique de toute la province mettent en place.

Les personnes âgées, les personnes qui vivent et travaillent dans des lieux de rassemblement et les travailleurs essentiels de première ligne, tels que les enseignants, pourront tous bénéficier du vaccin au cours de cette étape.

La troisième étape est la continuation de cette campagne de vaccination de masse étendue au reste de la population. Elle devrait commencer en août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !