•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Marine canadienne ne recevra pas de nouvelle frégate avant 2031

Un bateau fendant l'eau.

Une reproduction d'une frégate de Type-26.

Photo : BAE Systems Inc./Lockheed Martin Canada

Radio-Canada

Il faudra attendre 2031 au plus tôt pour que la Marine canadienne reçoive la première des 15 nouvelles frégates commandées par le gouvernement fédéral au chantier naval Irving d’Halifax.

Le ministère de la Défense nationale avait déjà reconnu plus tôt en février que ce premier navire de guerre serait livré des années plus tard que prévu. Irving a finalement laissé filtrer une date.

Nous avons essayé de regarder honnêtement où nous en sommes et ce qu'il faudra pour construire le navire, a précisé à CBC Kevin McCoy, le président sortant de l’entreprise.

Selon M. McCoy, l’acier nécessaire à la construction de cette première frégate canadienne, un nouveau type de bateau de conception britannique connu sous le nom de Type 26, devrait être coupé d'ici la mi-2024.

Quant à la construction du navire en tant que telle, elle pourrait ensuite prendre jusqu’à sept ans et demi, selon les estimations de la société britannique BAE Systems Inc., qui est actuellement en construction de la toute première frégate du genre.

Le Canada compte cependant construire sa propre variante de la frégate, qui inclura à la fois des armes permettant de se défendre contre une attaque aérienne et une attaque sous-marine.

M. McCoy affirme que tout sera fait pour accélérer le processus de construction dans la mesure du possible, ce qu’espère le ministère de la Défense. Ce dernier souligne que certaines des subtilités de la conception et de la construction du navire sont maintenant mieux comprises.

Nous continuons à chercher comment gagner en efficacité et nous travaillons activement avec l'industrie pour accélérer le projet afin de livrer cette importante plateforme à la Marine dès que possible, a commenté une porte-parole, Jessica Lamirande.

Une des façons de le faire, note-t-elle, serait de construire rapidement certains modules moins complexes du navire, comme cela a été fait dans le cadre de la construction, au chantier naval Seaspan de Vancouver, de deux navires de soutien interarmées destinés également à la Marine.

De 2011 à 2031

Le projet de construction de nouvelles frégates de guerre avait été véritablement lancé en octobre 2011 par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, quand le constructeur Irving avait été sélectionné pour construire la flotte. On s’attendait alors à recevoir un premier bateau en 2017.

Des estimations ultérieures avaient ensuite parlé de la mi-2020 et de 2027.

Kevin McCoy assure que ce long délai entre la commande et la livraison des navires s’explique notamment par le fait que le gouvernement espérait tout d’abord construire un navire à partir de plans originaux.

C'est Irving, dit-il, qui a finalement incité le gouvernement à construire ses frégates à partir de plans déjà existants en raison des risques et des dépenses énormes que le premier projet comportait.

C'est ce que le gouvernement libéral a finalement choisi de faire au printemps 2016. Il a toutefois été critiqué pour son choix du modèle Type 26, puisqu’aucun navire de ce genre n’a encore été mis à l’eau.

Le coût total du projet avait été estimé à 26 milliards de dollars en 2011. On s’attend maintenant plutôt à payer 60 milliards pour l’ensemble de la nouvelle flotte.

Au début du processus de construction navale, les estimations ne sont pas très bonnes. Les premières estimations ne sont pas très bonnes pour le prix; elles ne sont pas très bonnes pour la taille; elles ne sont pas très bonnes pour la durée [de construction], déclare Kevin McCoy.

Selon M. McCoy, le Canada doit s'attendre à payer jusqu'à un maximum de 2,5 à 3 milliards de dollars par navire, ce qui correspond à ce que d'autres nations paieraient pour un navire de guerre d'une capacité similaire.

C'est un grand navire, avec beaucoup de fonctionnalités, dit-il, estimant que le que la flotte totale devrait peser environ 9400 tonnes, soit presque le double des 4700 tonnes de la classe Halifax vieillissante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !