•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cupidon décoche ses flèches malgré la pandémie

Une coeur fait en petits chocolats.

Malgré la pandémie, les Québécois vont célébrer la Saint-Valentin.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Radio-Canada

Si les amoureux ne peuvent pas se retrouver autour d’un dîner aux chandelles au restaurant pour fêter la Saint-Valentin cette année, l’engouement pour cette fête ne semble pas pâtir des conditions imposées par la pandémie.

Chez les fleuristes comme chez les chocolatiers, les clients se bousculent au portillon, assurent les commerçants.

Pourtant, selon le Conseil québécois du commerce de détail, seulement un Québécois sur quatre prévoit d’acheter un cadeau pour la Saint-Valentin.

Depuis lundi, on est sur les chapeaux de roues, ça n’arrête pas, ce sont de grosses journées, assure toutefois Myriam Binette, la propriétaire de Fleuriste Binette et filles.

Une fleuriste à l'entrée de sa boutique.

Les fleuristes peinent à recevoir certaines commandes de fleurs importées.

Photo : Radio-Canada / Christophe Barachet

À la petite Chocolaterie de Chloé, les affaires vont aussi bon train. Les clients passent leur commande sur Internet.

Il y a plus de commandes par Internet, mais il y a aussi peut-être moins de gens qui viennent en boutique. Donc j'ai l'impression, au bout du compte, que tout ça finit par s'équilibrer, explique Chloé Gervais Fredette, la propriétaire de la chocolaterie Les chocolats de Chloé.

L’entrepreneure explique que cela ne facilite pas la préparation des paquets.

Mais la COVID-19 complique un peu les choses cette année, notamment l’approvisionnement en fleurs de pays comme l’Équateur ou la Colombie. Faute de vols commerciaux, les roses peinent à se rendre à destination.

Je crois qu'il y a eu des productions de fleurs qui ont été réduites, d'où le fait qu'on a eu énormément d'annulations quand j'ai passé mes commandes, explique Mme Binette.

Dans la rue, les badauds racontent vouloir malgré tout célébrer la Saint-Valentin. Certains expliquent avoir prévu de chercher un repas au restaurant, d’autres iront skier, s’il fait beau.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !