•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves-François Blanchet ne veut pas d’élections… mais il se tient prêt

Daniel Thibault et Yves-François Blanchet.

Le Bloc québécois entend défendre la demande de Québec pour que le fédéral augmente les transferts en santé.

Photo : Radio-Canada

Thomas Laberge

Avec les rumeurs d’élections qui vont bon train, le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet assure que sa formation est prête à en découdre avec les autres partis.

En matière d'organisation, de logistique, de finances, honnêtement, c’est au-delà de nos espérances. [...] Notre niveau de préparation est une réponse à la possibilité que le gouvernement provoque des élections. Nous ne voulons pas provoquer d'élections, a affirmé Yves-François Blanchet en entrevue aux Coulisses du pouvoir.

Bien qu’il ne favorise pas le scénario d’élections en pleine pandémie, Yves-François Blanchet insiste sur le fait que son parti doit continuer de critiquer le gouvernement.

Ça ne donne pas au gouvernement une licence pour faire n'importe quoi : pour mal gérer le vaccin; pour mal gérer les finances; pour mal gérer les programmes; pour garder les gens dans l'ambiguïté. Il a l’obligation de rendre des comptes, d’être transparent, et la pandémie rend cela encore plus important, a-t-il dit.

Yves-François Blanchet.

Yves-François Blanchet ne craint pas que la formation conservatrice monte au Québec et pense que son parti pourrait avoir de bons résultats si des élections étaient déclenchées.

Photo : Radio-Canada

Le Canada est sans budget depuis bientôt deux ans. L'exercice pourrait se faire dans les prochains mois. Le Bloc québécois entend défendre la demande de Québec pour que le fédéral augmente les transferts en santé. François Legault demande que la part des dépenses en santé payée par Ottawa passe de 22 % à 35 %.

J'ai formulé l'invitation à la ministre des Finances Chrystia Freeland afin que l'on puisse parler des transferts pour les soins de santé et du traitement des aînés, voir si on peut trouver un terrain d'entente et avoir une situation où le Bloc accepterait de voter en faveur du budget, a ajouté M. Blanchet.

La séduction d'Erin O'Toole

Le Parti conservateur est en campagne pour séduire les Québécois. Erin O’Toole a promis d’accorder plus d’autonomie au Québec en matière d’immigration, de respecter les champs de compétence de la province et d’augmenter les transferts fédéraux en santé. Une stratégie qui, selon le chef du Bloc, montre la pertinence de sa formation.

La stratégie des conservateurs au Québec est sympathique. Ils se sont dit : ‘‘Si on veut avoir l'appui des Québécois, il faut répéter ce que le Bloc québécois dit en matière d'impôt unique, de transferts en santé, d'agriculture et de plusieurs dossiers chauds’’, a-t-il soutenu.

Yves-François Blanchet ne craint pas que la formation conservatrice monte au Québec et pense que son parti pourrait bien réussir si des élections étaient déclenchées. J'ai un niveau de confiance raisonnable que l'on va garder les sièges que l'on a présentement et j'ai un niveau de confiance raisonnable que ça pourrait augmenter.

L’intégrale de l’entrevue avec Yves-François Blanchet sera présentée dimanche à 11 h (heure de l'Est) à l’émission Les coulisses du pouvoir, sur RDI et ICI Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !