•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

26 nouveaux cas de COVID-19 à Terre-Neuve-et-Labrador

Janice Fitzgerald en conférence de presse.

La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador, le 13 février 2021.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador, annonce que 26 nouvelles infections au coronavirus viennent gonfler le total de cas de COVID-19 liés à l’éclosion des derniers jours.

Il y a maintenant 285 cas actifs de COVID-19 connus des autorités de santé publique de la province, la grande majorité dans la région de Saint-Jean.

Aucune des personnes atteintes n’était hospitalisée, samedi.

On compte un rétablissement de plus, chez une personne de l’ouest de Terre-Neuve.

Le virus a infecté plusieurs enfants et adolescents et a touché l’école Mount Pearl Senior High, à Mount Pearl. Parmi les nouveaux cas signalés samedi, neuf sont des personnes d’âge mineur.

Selon la docteure Fitzgerald, 1618 tests de dépistage ont été analysés depuis le bilan partagé la veille.

La quarantaine pour les travailleurs navetteurs

Terre-Neuve ne comptait qu’une quinzaine de cas actifs de COVID-19 il y a moins d’une semaine. Pour contrer cette éclosion, le niveau de confinement de toute la province a été relevé vendredi soir au stade d’alerte 5, le niveau maximal.

Les travailleurs « navetteurs » occupant des emplois que l’on décrit communément par l’expression fly-in, fly-out devront maintenant s’isoler pendant 14 jours, à l’écart des autres membres de leur foyer, dès leur retour à Terre-Neuve-et-Labrador, a précisé samedi Janice Fitzgerald.

Quant à ceux parmi ces travailleurs qui sont revenus ces derniers jours, ils doivent s’isoler à l’écart des membres de leur foyer et du reste de la population immédiatement, s’ils ne le faisaient pas déjà.

Un avion près du bâtiment de l'aéroport par une journée d'automne grise.

L'aéroport international de Saint-Jean de Terre-Neuve (archives).

Photo : Getty Images / Jim Feng

Terre-Neuve-et-Labrador compte un nombre important de travailleurs navetteurs, souvent employés par l’industrie pétrolière de l’Ouest canadien. La docteure Fitzgerald justifie la nouvelle exigence pour les travailleurs navetteurs par le fait que des variants du coronavirus ont été détectés dans certaines de ces provinces.

Cette obligation est nouvelle pour ceux qui travaillent dans d’autres provinces canadiennes. Ceux qui font la navette vers un site à l’extérieur du Canada étaient déjà obligés de s’isoler 14 jours à leur retour.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Le variant britannique en cause

Dans un point de presse organisé d’urgence vendredi en milieu de soirée, la médecin hygiéniste en chef a annoncé qu’elle venait d’apprendre que l’éclosion à Terre-Neuve avait été causée par un variant du SRAS-CoV-2.

Il s’agit du variant B.1.1.7 du coronavirus, couramment appelé variant du Royaume-Uni ou variant britannique, a confirmé vendredi le laboratoire national de microbiologie.

C’était la première fois que l’on détectait la présence de ce variant à Terre-Neuve-et-Labrador.

Élection générale du 13 février : le vote en personne annulé

Le directeur général des élections a par la suite annulé le vote en personne qui était prévu samedi, 13 février, à l’élection provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador. Cette élection devient un vote par la poste qui s’étirera jusqu’au 1er mars.

Consultez toutes nos nouvelles électorales.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.