•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'éclosion de COVID-19 à Terre-Neuve a été causée par un variant du coronavirus

Le vote en personne aux élections de samedi est annulé et la province rehausse son niveau d'alerte.

Une technicienne dans un laboratoire place du liquide dans une éprouvette.

Une technicienne de laboratoire étudie le coronavirus SRAS-CoV-2 à Guadalajara, au Mexique, le 3 février 2021. Au Canada, la présence du variant britannique a été décelée à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Reuters / Fernando Carranza

Radio-Canada

La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador, a indiqué dans un point de presse spécial vendredi soir que l’éclosion de COVID-19 qui s’est déclarée cette semaine dans la province avait été causée par un variant du coronavirus.

La nouvelle a entraîné l'annulation, par le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, du vote en personne, partout dans la province, aux élections générales du samedi 13 février. Le scrutin se tiendra par la poste et les bulletins de vote seront acceptés jusqu'au 1er mars.

La province relève également son niveau d'alerte et un confinement plus strict est ordonné.

Variant britannique

C'est tôt vendredi soir que les autorités médicales de la province ont reçu les résultats des analyses effectuées au laboratoire national de microbiologie.

Elles ont confirmé la présence du variant B.1.1.7 du coronavirus SRAS-CoV-2, couramment appelé variant du Royaume-Uni ou variant britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Confinement

Le gouvernement a fait immédiatement passer l’ensemble de la province au niveau d’alerte 5, qui est le plus élevé et enclenche un confinement plus strict.

On demande aux citoyens de limiter leurs contacts aux personnes de leur foyer et de se limiter aux sorties essentielles.

Les rassemblements autorisés doivent être de 5 personnes, au maximum.

Ce stade du confinement entraîne notamment la fermeture des commerces de détail jugés non essentiels, des salles à manger des restaurants, des gyms et salles de sport, des arénas, des bars, des cinémas et théâtres, et des terrains de jeu des parcs municipaux.

La docteure Janice Fitzgerald en conférence de presse.

La docteure Janice Fitzgerald, médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador, au point de presse tenu dans la soirée du 12 février 2021.

Photo : Radio-Canada

Ce niveau sera maintenu au moins deux semaines, a précisé la docteure Fitzgerald. Cela donnera à la province le temps d’augmenter sa capacité de dépistage, selon elle.

À moyen terme, la province a la capacité de gérer une augmentation du nombre de tests de dépistage à effectuer, a affirmé vendredi soir le ministre de la Santé, John Haggie.

244 nouveaux cas en une semaine

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Terre-Neuve-et-Labrador a découvert 244 nouveaux cas de COVID-19 depuis lundi, la majorité dans la région de Saint-Jean et de Mount Pearl. Plus tôt vendredi, Terre-Neuve-et-Labrador annonçait que 50 nouveaux cas d’infection par le coronavirus portaient à 260 le nombre de cas actifs de COVID-19 connus des responsables de santé publique de la province, un sommet depuis le début de cette pandémie.

Il est probable que tous les nouveaux cas de COVID-19 dépistés depuis le 5 février aient été causés par le variant britannique, affirme Janice Fitzgerald.

Elle a expliqué que 31 échantillons avaient été acheminés en janvier au laboratoire national, sans que rien d’anormal ne soit découvert. Après le 5 février, tous les échantillons ont révélé l’existence du variant.

C’est ce qui circule en ce moment. Nous devons comprendre que, dans le futur immédiat, tout nouveau cas sera lié à ce variant, a dit la médecin hygiéniste en chef.

La santé publique ignore comment le variant est entré à Terre-Neuve-et-Labrador, a mentionné la docteure Fitzgerald. Ce même variant a déjà été décelé dans plusieurs provinces canadiennes, dont la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Le vote en personne n'aura pas lieu aux élections du 13 février

Consultez toutes nos nouvelles électorales.

La nouvelle provoque l'annulation du vote en personne aux élections provinciales du samedi 13 février, moins de 12 heures avant l'ouverture prévue des bureaux de scrutin.

Jeudi, le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk, avait annoncé que le vote serait repoussé à une date indéterminée dans 18 des 40 circonscriptions de la province.

Il a ordonné vendredi soir l'annulation du vote en personne samedi dans toutes les circonscriptions.

Outre les bulletins reçus lors du vote par anticipation en personne, le scrutin provincial se déroulera par correspondance. La date limite pour demander un bulletin de vote est repoussée au lundi 15 février, à 20 h. Les votes doivent être reçus d'ici le 1er mars.

Bruce Chaulk interviewé.

Le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk

Photo : CBC

En conférence de presse, vendredi soir, la médecin hygiéniste en chef Janice Fitzgerald et le premier ministre sortant, Andrew Furey, avaient refusé de préciser ce qu’il adviendrait des élections.

La docteure Fitzgerald a déclaré que ce n’était pas son rôle de faire une telle annonce et M. Furey a rappelé que le pouvoir de déterminer comment se passeraient les élections ne lui appartenait pas, mais était du ressort de M. Chaulk, le directeur général des élections.

Andrew Furey et Janice Fitzgerald assis en conférence de presse à une longue table.

La docteure Janice Fitzgerald (à droite), qui est la médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador, a tenu un point de presse d'urgence aux côtés du premier ministre de la province, Andrew Furey (à gauche), dans la soirée du 12 février 2021.

Photo : Radio-Canada

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.