•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un comité municipal approuve la recommandation concernant la vente du 219 Provencher

L'hôtel de ville de Saint-Boniface vue de haut.

En novembre 2019, la Ville de Winnipeg a publié un appel d’offres pour la vente du bâtiment situé au 219, boulevard Provencher, ainsi que pour l’ancienne caserne de pompiers, située au 212 de la rue Dumoulin.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

La vente de l'ancien hôtel de ville et de l'ancienne caserne de pompiers de Saint-Boniface vient de franchir une étape de plus, vendredi.

Un comité municipal a approuvé la recommandation de l’administration de Winnipeg d'accepter que le 219, boulevard Provencher et le 212, rue Dumoulin soient vendus à l’organisme Manitoba Possible, spécialisé dans le service des personnes qui vivent avec un handicap.

Le comité d'orientation permanent des biens et de l'aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville a pris la décision après plusieurs heures de débat et une discussion à huis clos.

L’administration municipale doit maintenant négocier les conditions de vente des propriétés, un processus qui prendra vraisemblablement au moins six mois.

Une demi-douzaine de membres de la communauté franco-manitobaine ont comparu devant le comité vendredi matin pour déclarer leur mécontentement face à la vente de l’ancien hôtel de ville. Certains ont réclamé un report de la décision du comité.

Le directeur général de la Société de la francophonie manitobaine (SFM), Daniel Boucher, regrette le manque de considération vis-à-vis de l’histoire du quartier à majorité francophone. Il s’est également indigné du coût de rachat proposé par l’association, qu’il juge bien trop bas par rapport à l’importance historique du site.

Le président de l’association les Amis des arts visuels du Manitoba, Alain Laurencelle, a affirmé que la proposition de Manitoba Possible mettait en péril le jardin des sculptures.

La présidente de la Maison des artistes visuels du Manitoba, Lisa Désilets, a ajouté que selon sa compréhension de la proposition, la Ville assumera les coûts pour déplacer les œuvres du jardin des sculptures. Elle rappelle que la Ville n’a pas eu de discussion avec la Maison des artistes et qu’elle ignore donc que le coût estimé pour cette opération s’élève à 200 000 $ par sculpture.

Refus de diviser le terrain du 219 Provencher

La Maison des artistes, le conseiller municipal Mathieu Allard et la SFM ont demandé au comité de ne vendre que l’ancienne caserne de pompiers à Manitoba Possible, plutôt que les deux bâtiments historiques.

Rectificatif

Une version précédente de ce texte indiquait par erreur que Héritage Saint-Boniface faisait partie des groupes ayant demandé au comité de vendre seulement l'ancienne caserne de pompiers à Manitoba Possible.

L’appel d’offres était ouvert à des offres qui auraient concerné seulement le 219, boulevard Provencher ou seulement le 212, rue Dumoulin et un stationnement adjacent, et Manitoba Possible a en effet proposé une solution autre que l’achat des deux bâtiments.

Un membre de l’administration municipale a cependant expliqué au comité que la proposition de Manitoba Possible qui aurait permis d'exclure le 219, boulevard Provencher de la vente comprenait une partie du terrain sur lequel le bâtiment est situé.

Afin de respecter le processus d’appel d’offres, cette proposition n’était pas recevable, a-t-il dit, vu que l’appel d’offres ne prévoyait pas la subdivision des terrains.

Un membre de l’administration municipale a noté qu’un bâtiment mis en vente par la Ville n’a jamais été sur le marché aussi longtemps que les propriétés du carré civique de Saint-Boniface, et que la proposition de Manitoba Possible était la meilleure à ressortir de ce processus.

Vive déception d’Héritage Saint-Boniface

Le président d'Héritage Saint-Boniface, Walter Kleinschmit, qui a pris la parole devant le comité municipal vendredi s’est senti ignoré par les élus.

Il a réclamé le report de la décision du comité concernant toutes les propriétés en question, en évoquant des lacunes dans le processus de sélection de l’administration municipale. Héritage Saint-Boniface et la Coopérative La Crémerie formaient l’un des quatre groupes qui ont répondu à l’appel d’offres.

Walter Kleinschmit souhaitait que les autres groupes ayant présenté une proposition puissent en débattre avec le comité.

On est choqués émotionnellement et logiquement sur ce qui s’est passé aujourd’hui, lance-t-il.

Il croit que la Ville n’a pas pris en considération l’aspect patrimonial et culturel des édifices. Ils parlent d’édifices historiques comme des monuments, pas comme des choses vivantes, poursuit-il.

Sur Facebook, le conseiller municipal de Saint-Boniface, Mathieu Allard, a publié une déclaration soulignant sa déception quant au refus du comité de retenir le 219 boulevard Provencher

Mes collègues et l’administration n’ont pas accepté ma demande de ne pas vendre l’ancien hôtel de ville. Je suis optimiste que l'extraordinaire vision de Manitoba Possible sauvera et rajeunira ces deux bâtiments historiques, et apportera une nouvelle vie, des investissements et des opportunités au cœur de cette communauté extraordinaire, écrit-il.

Il rappelle qu’il tente d’obtenir une protection à long terme pour le Jardin des sculptures et que l’administration municipale étudie la possibilité d'accorder la désignation historique pour l'ancienne station de police du campus civique ainsi que les édifices qu'occupe le Festival du Voyageur, et ce afin de préserver l'héritage du campus civique dans son ensemble.

Avec les informations d’Alexia Bille

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !