•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une reprise adaptée pour le hockey mineur autorisée à Saguenay

Nathalie Houde sur la surfaceuse à glace.

Les arénas de la ville vont ouvrir leurs portes à nouveau.

Photo : Radio-Canada

Titouan Bussiere

Le patinage de vitesse, le patinage artistique et le hockey mineur vont pouvoir reprendre dans les arénas de Saguenay, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur et grâce à l'autorisation de la santé publique.

Lors de l’annonce du retour en zone orange, il avait été dit qu’à l’intérieur, les activités sportives et de loisir individuelles, en duo ou en famille (résidant à une même adresse) seraient permises, dont les cours. Lors de la période de questions, François Legault avait même précisé que le hockey ne serait pas permis.

Pourtant, Saguenay a annoncé par communiqué vendredi après-midi que les organismes de glace vont pouvoir reprendre leurs activités. Parmi eux, le patinage artistique et de vitesse ainsi que le hockey mineur. Pour faciliter l’accessibilité aux jeunes sportifs, la Ville a aussi déclaré offrir le temps de glace sans frais aux trois organismes.

Depuis plusieurs semaines maintenant, la Ville de Saguenay, en collaboration avec les associations sportives [...] et avec l'autorité de santé publique régionale, a présenté un plan que la santé publique a approuvé, a mentionné le porte-parole de la Ville de Saguenay, Dominic Arseneau.

Le cas particulier du hockey mineur

Contrairement au patinage de vitesse et au patinage artistique qui peuvent se pratiquer en solo ou à distance, le hockey requiert une équipe pour être joué. En collaboration avec Saguenay, l’Association du hockey mineur de Saguenay (AHMS) a trouvé une solution pour pouvoir enfiler les patins de nouveau.

Rappelons que le hockey mineur avait dû cesser les entraînements lorsque la région est passée en zone rouge, à la fin d’octobre dernier. C’est donc après quasiment trois mois et demi que les jeunes hockeyeurs vont pouvoir revenir sur la glace.

Les patins et les bâtons de jeunes joueurs de hockey sur une patinoire.

« La glace sera divisée en quatre, et puis ça sera par bulle familiale », a déclaré le directeur général de l’Association du hockey mineur de Saguenay, Dany Chouinard.

Photo : Getty Images / joci03

La glace sera divisée en quatre, et puis ça sera par bulle familiale, a déclaré le directeur général de l’AHMS, Dany Chouinard. Il affirme qu’un maximum de 15 personnes seront autorisées sur la glace. Sur un quart de glace, les enfants d’une même adresse peuvent être sur la glace en même temps, a-t-il indiqué.

C'est dans cette optique que les entraînements vont pouvoir se dérouler. S'il y a 12 joueurs dans une équipe, on va faire trois plages de 30 minutes avec quatre joueurs sur la glace, ça fait 12 joueurs en 1h30, puis là l’entraîneur va être présent et va pouvoir travailler les habiletés individuelles avec les jeunes à répétition, a-t-il poursuivi.

Le directeur général souligne toutefois que les heures sont limitées, car il n’y a qu’un seul aréna par arrondissement : le Foyer des loisirs à Arvida, la glace Dean Bergeron à la Baie, ainsi que l’aréna Marina Larouche à Chicoutimi. L’association propose donc aux bulles familiales qui ont plusieurs enfants qui pratiquent le hockey de s’entraîner sur les mêmes créneaux horaires, afin de permettre à plus de jeunes d’avoir accès à la glace. Dany Chouinard affirme que mêmes les frères et sœurs de différents niveaux pourront travailler leurs habiletés ensemble.

Jusqu’à maintenant, seuls les hockeyeurs de la Ligue nationale de hockey (LNH), de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et des programmes de sports-études, dont la Ligue de hockey midget AAA, étaient autorisés à être sur la glace, car ils forment des bulles. Toutefois, uniquement la LNH et la LHMJQ peuvent jouer des matchs.

Les organisations sportives ont la responsabilité de donner l’information concernant les mesures sanitaires à leurs membres, afin de pratiquer leur sport dans un environnement protégé. Dany Chouinard a toutefois attesté que les mesures étaient assez traditionnelles : lavage des mains, pas plus de deux bulles familiales en même temps dans les vestiaires, port du masque obligatoire et pas de public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !