•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un lieu de rencontre à la frontière canado-américaine sème la discorde

Un jeune homme et jeune femme, tous deux portant des masques, se tiennent les mains.

Carlito Santos et Joanna Kanglion se retrouvent au parc Peace Arch, à la frontière canado-américaine.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Alexandre Lamic

Cette semaine, le parc Peace Arch, au sud de Vancouver, a de nouveau suscité la controverse après que le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, eut annoncé qu'il n'interviendrait pas pour y interdire les rassemblements. La nouvelle a été décriée et en inquiète plus d'un en raison du non-respect de l’obligation de porter un masque et de maintenir la distanciation physique rapportée dans le parc.

Un panneau brun sur lequel il est écrit, en anglais, «vous quittez les États-Unis» est cloué sur un poteau de bois devant une route.

À partir du 15 février 2021, il sera nécessaire de présenter un test de COVID-19 avec un résultat négatif à la frontière terrestre pour entrer au Canada.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Avec la crise de la COVID-19, on peut voir plusieurs personnes se retrouver à la frontière canado-américaine de Surrey. Ces familles ou couples dont l'un est aux États-Unis et l'autre, au Canada, se retrouvent au parc Peace Arch.

Il s'agit un espace vert entre Surrey, en Colombie-Britannique, et Blaine, dans l'État de Washington. La partie nord du parc appartient à BC Parks et a été fermée en juin 2020, alors que la partie sud appartient au département des parcs de Washington et est restée ouverte au public canadien et américain.

C'est un endroit rêvé pour se retrouver lorsqu'on est séparé par la frontière. Certains y organisent même des mariages ou campent sur le site.

Un homme, une femme et leurs deux enfants sont dans une tente.

Ydrmek Mussin campe avec sa femme et ses deux enfants sur la partie sud du parc Peace Arch.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Ydrmek Mussin et sa famille sont originaires du Kazakhstan. Ydrmek dit avoir pu s'installer aux États-Unis grâce à un emploi en Californie, alors que sa femme et ses deux filles se sont vu refuser l'entrée sur le territoire américain.

Sa famille a fait une demande de visa au Canada et habite aujourd'hui à Vancouver en attendant de pouvoir se réunir. Ils ne s'étaient pas vus depuis presque trois ans.

Un couple et leurs deux enfants sont debout et se tiennent la main.

Ydrmek Mussin heureux de retrouver sa femme et ses deux enfants au parc Peace Arch.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Après avoir été séparé de ma famille pendant plusieurs années, je pensais qu'il n'y avait aucun moyen les voir et c'était vraiment très difficile. Mais un ami m'a parlé du parc Peace Arch et nous avons tout de suite organisé une rencontre.

Une citation de :Ydrmek Mussin
Un homme et une femme se tiennent dans les bras dans un parc.

Rose et Chris se retrouvent chaque semaine au parc Peace Arch.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Rose et Chris sont en couple depuis 2012. Ils ont tous deux leur propre entreprise, Rose à White-Rock en Colombie-Britannique et Chris à Bellingham dans l'État de Washington. Avant la pandémie, ils avaient l'habitude de se voir plusieurs fois par semaine.

Ma fille avait 10 ans lorsque Chris est entré dans nos vies, il est comme son père et elle souffre beaucoup de ne pas le voir. Elle vient régulièrement avec moi pour le rencontrer ici.

Une citation de :Rose
Un jeune homme et une jeune femme portant des masques se tiennent dans les bras.

Carlito Santos et Joanna Kanglion au parc Peace Arch.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Carlito Santos et Joanna Kanglion sont originaires des Philippines. Amoureux depuis l'adolescence, ils ont décidé de rester ensemble et d'avoir une relation longue distance quand Carlito est parti habiter au Canada pour des raisons professionnelles.

Un couple se tient les mains.

Carlito Santos et Joanna Kanglion se sont retrouvés pour célébrer la Saint-Valentin en avance.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

La famille de Joanna est déménagée dans l'État de Washington il y a quelques années. Le couple se voyait régulièrement et Carlito a fait sa demande en mariage l'année dernière, juste avant la pandémie. Un changement de plan pour le couple qui préfère attendre avant de se marier, mais qui se retrouve au parc Peace Arch dès ils le peuvent.

Des histoires comme tant d'autres qui ont dû toucher le premier ministre John Horgan, puisqu'il affirme qu'il n'interviendra pas pour interdire les rassemblements au parc Peace Arch. Il dit que le problème est de compétence fédérale et qu'à ce jour, il n'a pas l'intention de mettre un terme à ces rassemblements, surtout s'ils sont faits de façon sécuritaire.

John Horgan lors d'une conférence de presse.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

Photo : Radio-Canada / Michael McArthur

Si les gens veulent voir leurs proches et les personnes qu'elles aiment, je n'ai pas le goût d'empêcher ça.

Une citation de :John Horgan

Un bonheur pour ceux qui se réunissent au parc Peace Arch, mais une source de préoccupation et de frustration pour d'autres, notamment les habitants du quartier de Surrey Sud qui disent assister à de nombreux regroupements dans le parc sans respect des restrictions sanitaires.

Un homme portant un bonnet sourit.

Tim Friesen est un résident du quartier de Surrey Sud, près du parc de Peace Arch.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Il y a un monde fou dans le parc les fins de semaine, et énormément de personnes ne portent pas de masques et ne respectent pas la distanciation sociale, comment pourraient-ils respecter la distanciation en dormant ensemble sous une tente?

Une citation de :Tim Friesen
Une femme sourit devant chez elle.

Jessica Rese réside dans le quartier de Surrey Sud.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Je ne peux pas voir ma famille et c'est très éprouvant, alors pourquoi auraient-ils le droit de voir la leur?

Une citation de :Jessica Rese

Le premier ministre Horgan rajoute que si j'ai un message de la Dre Bonnie Henry sur ma boîte vocale après ce point de presse pour me dire que c'est un gros problème, on y verra.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !