•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition presse Québec de mettre plus d’efforts pour détecter les variants

Le ministre de la santé Christian Dubé

Jeudi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé que, dès la semaine prochaine, tous les tests déclarés positifs à la COVID-19 à Montréal seront criblés pour détecter la présence de nouveaux variants du virus.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Alors que la question des variants continue d’inquiéter, les partis d’opposition ont profité d’une interpellation à l’Assemblée nationale, vendredi, pour accuser le gouvernement de prendre du retard sur plusieurs aspects de la gestion de la pandémie, notamment en ce qui a trait à ces variants.

Ce n’est pas normal qu’on ne soit pas prêts à faire du criblage sur 100 % des cas, a indiqué la critique libérale en matière de santé, Marie Montpetit. Celle qui accuse le gouvernement caquiste d’être en retard par rapport à l’Ontario a demandé au ministre de la Santé de présenter un plan de déploiement clair pour détecter les variants partout au Québec.

Je veux comprendre exactement ce qui va se faire dans les prochaines semaines.

Marie Montpetit, porte-parole du PLQ en matière de santé

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui se dit très inquiet de la situation des variants, assure toutefois que son gouvernement est en avance en ce qui a trait au séquençage.

Nous étions, bien avant tout le monde, à séquencer au moins 3 % de nos tests pour détecter les variants. Nous sommes rendus à plus de 8 %, et notre objectif est de monter jusqu’à 15 % pour aller voir l’ADN de nos nouveaux variants, a-t-il dit.

Le ministre en a également profité pour faire une précision. Nous parlons avec la Santé publique de l'Ontario; ils sont à 70 % de criblage, mais pas dans toutes les régions.

Il a également assuré avoir demandé à la santé publique d’augmenter le nombre de tests qui pourraient être faits relativement aux variants en sol québécois, en plus de préparer un plan d’action clair pour ce qui est du criblage partout dans la province.

On avance de façon prudente, a-t-il ajouté.

Un message confus

Le Parti québécois (PQ) reste « perplexe » devant ce qu'il perçoit comme une « mise en scène » du ministre de la Santé, Christian Dubé, qui s'est présenté jeudi avec deux masques. Interrogé à ce sujet, M. Dubé a dit que tant qu'il n'était pas vacciné, il trouvait plus « prudent » de porter deux masques superposés, même si cela n'a jamais été recommandé par la santé publique.

À ses côtés, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, n'a pu que répondre qu'il allait étudier la question avec ses experts. Rappelons que l'immunologue et conseiller principal du président américain Joe Biden, le Dr Anthony Fauci, a récemment plaidé en faveur du port de deux masques.

C'est assez curieux, je dirais, cette mise en scène, a réagi vendredi le porte-parole du PQ en santé, Joël Arseneau, en marge d'une interpellation avec le ministre.

Il y a un certainement un message, une communication politique qui a voulu être faite, mais qui n'est pas assumée.

C'est avec un certain sourire en coin qu'on a pu voir que le ministre de la Santé voulait affirmer quelque chose sans nécessairement que le [Dr Arruda] lui-même en fasse autant, a-t-il ajouté.

M. Arseneau a dit rester perplexe quant au message que le ministre a voulu transmettre aux Québécois sur une question de protection sanitaire non endossée par la santé publique.

Bel exemple

De son côté, le porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a applaudi l'initiative du ministre. Moi, je ne cracherai pas dans la soupe, s'est-il exclamé en point de presse.

Il y a tout un défi autour des masques de procédure pour qu'ils soient bien ajustés. Porter un deuxième masque, souvent, ça aide à bien ajuster le premier, surtout pour les gens qui ont des plus petits visages.

Je pense que c'est un bel exemple qu'a montré le ministre de la Santé, a ajouté M. Nadeau-Dubois.

Par ailleurs, QS invite le gouvernement du Québec à émettre des lignes directrices pour la fabrication des masques artisanaux, comme cela a été fait dans d'autres législations.

La question du matériel de protection, […] c'est une des failles dans notre stratégie actuelle, a affirmé Gabriel Nadeau-Dubois.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !