•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une douzaine de familles immigrantes en renfort dans le Madawaska

Le nord-ouest du Nouveau-Brunswick s'apprête à accueillir 13 familles originaires du Togo.

Une affiche indiquant une possibilité d'embauche chez Nadeau Ferme Avicole.

Plusieurs employeurs du secteur de Saint-François font face à un important manque de main-d'œuvre.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Nadeau Ferme Avicole a recruté 13 familles africaines pour pallier le manque de main-d'œuvre dans son abattoir. Au total, 25 adultes et 18 enfants sont attendus dans la région au début du mois de mars.

Le recrutement de travailleurs locaux pour pourvoir des postes vacants est très difficile dans cet abattoir de près de 300 employés, à Saint-François-de-Madawaska.

C'est pourquoi l'entreprise s'est tournée vers l'immigration, explique Cyriaque Kiti, directeur adjoint aux ressources humaines et responsable du recrutement.

Cyriaque Kiti devant son écran lors de l'entrevue Skype.

Cyriaque Kiti a été embauché par Nadeau en 2019 pour recruter des travailleurs étrangers dans le Haut-Madawaska.

Photo : Radio-Canada / Bernard Lebel

La communauté en a besoin. On n'a pas seulement besoin de travailleurs, on a aussi besoin de consommateurs, on a besoin d'entrepreneurs, dit-il.

C'est dans ce cadre que dans ma stratégie […] j'ai décidé de ne pas aller chercher des travailleurs individuels célibataires, mais bien des familles.

Cyriaque Kiti croit que c'est une excellente occasion pour la région d'enrichir non seulement les rangs de Nadeau Ferme Avicole, mais aussi de la communauté et des écoles.

Une photo des montagnes prise en hauteur.

Les nouveaux arrivants devront s'auto-isoler durant au moins 14 jours avant de pouvoir visiter leur nouveau pays et de rencontrer les gens avec qui ils partageront maintenant leur quotidien.

Photo : Radio-Canada / Jessica Savoie

La première vague de familles devrait arriver le 8 mars prochain. Après une période d’isolement de 14 jours, les 13 hommes embauchés pourront débuter leur travail à l’abattoir vers la fin mars.

Appel à la solidarité

Le maire de la communauté rurale de Haut-Madawaska se dit très heureux d'accueillir ces nouvelles familles.

Il croit que les entreprises comme Nadeau Ferme Avicole, qui embauchent des travailleurs étrangers, jouent un rôle social important permettant par la même occasion de revigorer la communauté.

Portrait de Jean-Pierre Ouellet.

L’arrivée de ces jeunes familles du Togo est aussi importante pour la communauté, selon Jean-Pierre Ouellette.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Je crois que c'est tout à l'honneur de ces entreprises-là d'essayer de combler afin qu'on garde nos écoles ouvertes.

Une citation de :Jean-Pierre Ouellette, maire de la communauté rurale de Haut-Madawaska

Mais l'arrivée de nouvelles personnes apporte quand même un certain lot de défis pour les responsables, qui doivent s'assurer que ces nouveaux arrivants soient bien installés.

J'ai essayé de leur trouver des logements, car dans la communauté de Haut-Madawaska, les logements commencent à se faire de plus en plus rares, affirme Jean-Pierre Ouellette.

Avec ces familles arriveront 18 enfants, qui commenceront leur éducation dans l'une des deux écoles de la communauté au courant de l'hiver.

Dans un message publié sur sa page Facebook, Jean-Pierre Ouellette lance un appel à la solidarité chez les membres de la communauté : ceux qui voudraient aider ces nouvelles familles à s'installer peuvent le faire en offrant des articles de maison qui ne sont plus utilisés ou encore des vêtements d'hiver, par exemple.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !