•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dur de choisir son avenir quand 85 % des emplois de 2030 n'existent pas encore

Une jeune femme confuse et des points d'interrogation.

Une jeune femme se pose des questions sur son avenir.

Photo : getty images/istockphoto / turk_stock_photographer

La pandémie a forcé de nombreuses entreprises à modifier leurs pratiques et à accélérer l’implantation de nouvelles technologies. Les transformations se font si rapidement sur le marché du travail que des experts consultés par Dell Technologies estiment que 85 % des emplois qui existeront en 2030 n’ont pas encore été créés.

Dans ce contexte, un peu plus de la moitié des jeunes Québécois disent éprouver des difficultés à cibler le métier qu’ils souhaitent exercer plus tard. 

C'est prouvé que la plupart des élèves du secondaire connaissent peu d'emplois, peu de carrières à part celles qu'ils voient souvent à la télé, les domaines plus traditionnels, ou ce que font leurs parents, illustre Annik De Celles, directrice générale de Septembre éditeur, qui se spécialise dans le choix professionnel et le développement de carrière.

L’entreprise rendra offrira gratuitement en ligne, le 15 février, le guide Opération Avenir 2021.

Le fascicule tente de façon ludique de donner quelques pistes de solution aux élèves du secondaire, en répertoriant sept domaines et secteurs en forte croissance, soit les ressources humaines, l’aérospatiale, l’assurance de dommages, la comptabilité, la foresterie, la pharmaceutique et les biotechnologies, et les technologies de l’information.

Déboulonner les mythes

Si les secteurs peuvent sembler traditionnels, Annik De Celles affirme que les emplois de demain dans ces derniers ne seront pas nécessairement ceux que l’on pourrait imaginer. 

Le guide tente de déboulonner certaines idées préconçues.

On pense que les comptables font juste des tableaux Excel. Pourtant, ils travaillent dans toutes sortes de domaines comme le culturel, le sportif. Ils peuvent être très actifs et rencontrer beaucoup de monde. En foresterie, beaucoup de personnes occupent des emplois en ville, mentionne Annik De Celles.

Un domaine plutôt qu'un métier

Les jeunes sont aussi invités à s’intéresser à un domaine, plutôt qu’à un titre d'emploi particulier, puisque les définitions de tâches d’aujourd’hui seront possiblement très différentes dans quelques années.

Un adulte va faire entre cinq et sept changements de carrière au cours de sa vie active.

Les tâches vont changer et les compétences et les habiletés liées à ces métiers-là vont évoluer beaucoup. L'évolution va être encore plus rapide dans les prochaines années que ce qu’on a connu, observe Annik De Celles.

Influence de la pandémie

La pandémie devrait aussi continuer de modifier la perception qu’on a du travail, selon elle.

Je vois de grands changements dans la réorganisation physique des lieux de travail. La pandémie va aussi nous permettre de réfléchir davantage au côté humain derrière la carrière. On a souvent dit que la technologie était l'avenir, mais ce n'est pas la panacée, on le voit bien. Les gens recherchent le bonheur au travail, conclut Annik De Celles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !