•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison Michel-Sarrazin offre maintenant l’aide médicale à mourir

dd4d6a6c28444ca49d0dca73bb526580

Maison Michel sarazin

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Guylaine Bussière

La Maison Michel-Sarrazin offre désormais à ses patients en fin de vie la possibilité d'avoir accès à l'aide médicale à mourir. La décision a été entérinée par le conseil d'administration le 6 janvier.

Les malades en fin de vie qui souhaitent obtenir l'aide médicale à mourir peuvent donc avoir accès à ce service à la maison de soins palliatifs plutôt que d'être transférés dans un centre hospitalier.

La Maison Michel-Sarrazin n'avait pas adhéré à cette pratique lors de l'entrée en vigueur de la loi provinciale en décembre 2015. Au cours des cinq dernières années, la maison a transféré 14 de ses patients dans des centres hospitaliers de la région de Québec parce que ces derniers demandaient d'y avoir accès.

L'expérience des cinq dernières années nous a amenés à cheminer, a amené les soignants et les bénévoles à cheminer, raconte la directrice générale Brigitte Laflamme. Étant donné que la Maison Michel-Sarrazin est une pionnière des soins palliatifs au Québec depuis 35 ans, elle juge qu'il fallait prendre le temps de réfléchir et de consulter adéquatement.

Brigitte Laflamme est la directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin qui est une maison de soins de fin de vie et un centre pour les personnes en phase palliative de leur cancer.

Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin

Photo : Radio-Canada

Ça devenait plus clair que ça devenait important pour poursuivre tout cet accompagnement aux patients d'offrir l'aide médicale à mourir à l'intérieur de nos murs.

Une citation de :Brigitte Laflamme, directrice générale de la Maison Michel-Sarrazin

Après cinq ans de réflexion, la proposition d'offrir l'aide médicale à mourir a donc été acceptée à l'unanimité par le conseil d'administration de l'établissement. Le conseil d'administration était très à l'aise puisque les soignants et les bénévoles avaient donné leur avis à l'effet qu'ils pouvaient composer avec l'aide médicale à mourir à l'intérieur des murs.

La Maison Michel-Sarrazin accompagne environ 200 personnes vers leur dernier repos chaque année et les demandes d'aide médicale à mourir demeurent exceptionnelles selon la directrice. Ce qui compte, c'est vraiment de développer les soins palliatifs pour offrir ces services à l'ensemble de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !