•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta veut soutenir un vaccin produit à Calgary

Jason Kenney affirme qu’il souhaite former un groupe de travail interprovincial afin d’assurer la production de vaccins au Canada.

Des fioles de vaccin alignées sur une table.

L'Alberta critique l'échec du plan d'approvisionnement en vaccins du gouvernement canadien.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le premier ministre albertain Jason Kenney a annoncé jeudi que l'Alberta veut encourager la production de vaccins, après que le Manitoba eut conclu une entente pour acheter deux millions de doses d’un vaccin développé par une entreprise de Calgary.

Plus tôt jeudi, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré que sa province avait conclu une entente avec l’entreprise de biotechnologie Providence Therapeutics, qui vient tout juste d'entamer les essais cliniques de son vaccin chez les humains.

Il serait important pour nous d’avoir une industrie pharmaceutique au Canada. Nous voulons faire tout ce qu’il faut pour que cela se concrétise, a déclaré Jason Kenney en conférence de presse.

Il est clair que nous ne pouvons pas compter sur l’approvisionnement international étant donné le nationalisme entourant les vaccins et l’échec du gouvernement fédéral à conclure des contrats assez solides pour en obtenir, ajoute-t-il.

L'annonce survient une dizaine de jours après que le fédéral a annoncé avoir conclu une entente avec la pharmaceutique américaine Novavax qui prévoit que des dizaines de millions de doses de son vaccin candidat contre la COVID-19 seront fabriquées à Montréal.

Ce vaccin est en étude clinique de phase 3, alors que celui de Providence Therapeutics n'en est qu'à la phase 1 et ne pourra vraisemblablement être disponible avant les derniers mois de 2021. Ottawa répète depuis des semaines que tous les Canadiens qui le souhaiteront auront reçu un vaccin contre la COVID-19 d'ici à la fin septembre.

Comme le vaccin de Moderna, celui de l’entreprise Providence utilise la technologie de l'ARN messager et requiert deux doses.

Providence Therapeutics a déjà acheté un local de 2000 mètres carrés dans la région de Calgary, en Alberta. Le lieu comprendra un laboratoire de plus de 1000 mètres carrés qui permettra la fabrication de masse du vaccin.

Le président-directeur général de Providence, Brad Sorenson, affirme que l’entreprise est à mi-chemin de la phase 1 de l’essai clinique. Il s’attend à entamer les phases 2 et 3 au début du mois de mai.

Si tout se passe bien, nous allons postuler auprès de Santé Canada pour une autorisation d’urgence à l’automne, dit-il.

Nous sommes bien avancés et avons hâte de fournir un vaccin au Canada cette année, ajoute-t-il.

Coopération interprovinciale

Jason Kenney affirme également qu’il souhaite former un groupe de travail interprovincial afin d’assurer la production de vaccins au Canada.

[Brad Sorenson] m'a dit qu’ils ne pourraient établir une usine de production au Canada que si 50 millions de doses sont commandées, explique le premier ministre, qui dit avoir déjà discuté avec certains de ses homologues canadiens.

Une telle commande requerrait évidemment une coopération à travers le pays. Le Manitoba, avec ses deux millions de doses, et une potentielle commande de l’Alberta, ne sera pas suffisant, ajoute-t-il.

De son côté, Brad Sorenson dit s’attendre à conclure d’autres ententes à travers le pays bientôt.

Nous pouvons produire jusqu’à 50 millions de doses en 2021. Nous venons de nous engager à en produire 2 millions, dit-il.

Nous allons confirmer tout ce que nous pouvons avec les provinces canadiennes au cours de la prochaine semaine. Nous pourrons ensuite commencer à prendre des commandes internationales, ajoute-t-il.

Avec les informations de Joel Dryden

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !