•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague d’amour pour Robert St-Onge, qui prend sa retraite après 23 ans chez Louis

Une photo de Robert St-Onge accompagnée de la mention « Bonne retraite Robert » et du logo Louis.

Le restaurant Louis a souhaité une bonne retraite à Robert St-Onge sur Facebook.

Photo : Radio-Canada / Page Facebook des restaurants Louis

Radio-Canada

Quand la chaîne de restaurants Louis a publié un message sur Facebook pour souhaiter une bonne retraite à Robert St-Onge, ce dernier ne s’attendait pas à la vague d’amour qui s’est déferlée sur lui. Depuis, plus de 1000 personnes ont aimé la publication, et des centaines de citoyens l'ont remercié pour ses années de bons services.

Je faisais tout simplement ma job, et j’aimais ça. La communication avec la clientèle, c’était super. Là, tout le monde répond comme ça [sur Facebook], je n’en revenais pas.

Une citation de :Robert St-Onge, nouvellement retraité

M. St-Onge a commencé sa carrière au restaurant Louis du centre-ville en août 1997. Je me rappelle, je shakais un peu ce matin-là. Je faisais la préparation en arrière. C’est quand il a été transféré au restaurant situé au coin de la rue King et du boulevard Jacques-Cartier qu’il a commencé à travailler à la caisse.

Le plus que j’ai aimé, c’est la clientèle. Je suis un gars qui a toujours travaillé dans le public. Alors la clientèle, c’était agréable. Les gens, c’était sympathique, et avec les années, tu les connais. Il y en a qui venaient manger, et après, j’ai connu leurs enfants et leurs petits enfants, se souvient-il.

Au fil des ans, il a aussi servi des personnalités publiques, dont Jean Charest, Garou et Denise Bombardier.

J’ai toujours aimé mon travail, donc c’était facile de s’adapter au client. Je n’ai jamais eu un matin que je suis parti de chez moi en me disant : "Encore une maudite journée aujourd’hui". Ça a toujours été un plaisir, remarque-t-il.

Il n'est pas non plus fermé à la possibilité de retourner travailler un jour.

Je suis certain que ma clientèle va me manquer [...] On va essayer de s’habituer, et si on ne s’habitue pas, on retournera, dit-il en riant.

Pour le moment, il compte occuper sa retraite avec de la photo, de la marche et du vélo.

Avec les informations de Valérie Sirois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !